N° 238 - Septembre 2015

Objectif Nul

En matière de politique environnementale ou de logement, lorsqu'un ministre dégaine son objectif chiffré, il faut redouter le pire pour l'architecture : objectifs 500 000 logements, objectif 150 000 logements démolis, engagement division par 4 des émissions de gaz à effet de serre(GES) à l’horizon 2050... Non qu'il ne faille se réjouir de telles promesses (elles ne sont d'ailleurs jamais tenues), mais craindre que les moyens employés pour y parvenir ne se préoccupent guère de critères urbains et architecturaux. Il est vrai que les effets de la qualité d'un bon projet se jugent à moyen et long terme, c'est à dire au-delà de la durée moyenne d'un ministère ou d'un mandat.
Lorsqu'en 2003 la France s'engage pour la division par quatre des émissions de GES à l’horizon 2050 –l'objectif « facteur 4 »– le secteur du bâtiment est évidemment l'un des plus concerné. Moins dans la construction neuve, qui ne représente qu'une part infime de la consommation énergétique, que dans le parc existant où l'essentiel reste à faire. Pour répondre à la batterie de normes thermiques à atteindre, les industriels développent des produits et des procédés souvent efficaces. Ceux-ci n'ont en eux-mêmes rien de condamnables mais, mis entre toutes les mains, notamment entre celles dont l'unique but est d'atteindre la cible permettant de décrocher un label et une subvention, ils risquent bien de conduire à une irrémédiable détérioration du cadre bâti.
La réhabilitation, pas plus que la construction neuve, ne se réduit à des interventions fonctionnelles et techniques. On sait que l'application stricte des normes peut produire des résultats en contradiction avec ses intentions initiales. En réhabilitation, la prise en compte et l'interprétation subtile du contexte urbain, patrimoniale ou sociologique sont autant les conditions d'un projet réussi, d'un projet qu'il ne faudra pas entièrement réhabiliter à nouveau lors du prochain objectif fixé par un ministère.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Pierre Gautier, de la transfrontalité à la transversalité

Photographes

» Éric Tabuchi, iconophile, iconoclaste

Points de vue / Expos

» Classement par chiffres d'affaires des 100 premiers BET

Concours

» Nul n'est prophète de son pays. Concours pour un pôle culturel à Sarlat

Le dossier du mois

» Dépasser la rénovation thermique pour réussir la transition énergétique
» Double peau et chauffage d’air Maison 366 à Strasbourg, Nunc architecte
» « Embarquer la performance énergétique dans d’autres interventions »
» Réhabiliter les tours: inventer ou pas?
» La mue du serpentin - Réhabilitation des Courtillères à Pantin
» Conformités brutalistes-Réhabilitation de quatre bâtiments totalisant 798 logements à Boulogne-Billancourt
» Génicart change d'image - Requalificatioj d'un quartier à Lormont
» Réhabiliter le bâti ancie, quarte exemples d'opérations parisiennes

Innovations

» Bruit: Isoler et recouvrir

Les produits de la rédaction

» Étend ton voile
» Noir dessins
» Tombé dans le panneau

Questions pro

» Ouvrir ou ne pas ouvrir le capital des agences d'architecture?

Réalisations

Publiés par d'a

» Bordeaux : une halle aux archives
» Radiante neutralité Collection Lambert, Avignon
» La Clairière, Le nouveau stade de Bordeaux
» Zurich Europaallee
» Cité de la musique et de la danse de Soissons

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…