N° 264 - Juillet 2018

Au pays du camembert

Menacées par la privatisation de pans entiers de l’espace public, les grandes villes et les métropoles n’en ont pas moins acquis un indéniable savoir-faire en matière de fabrication urbaine et d’architecture. La raréfaction du foncier a au moins un avantage, elle permet encore à la puissance publique de contenir la violence des investisseurs et de la promotion privée, des acteurs dont l’objectif n’a – par essence – jamais été de travailler pour le bien commun. Sincères ou non, que ce soit sur le site des halles Pouchard sur le canal de l’Ourcq à Pantin ou pour « Faire Paris autrement » à Saint-Vincent-de-Paul, les promoteurs ambitieux se doivent désormais d’afficher d’avenants et vertueux visages : co-jardinage, co-working, co-partage, co-fooding, co-living, co-corico…
Mais loin des grandes agglomérations, ces jeux de séduction n’ont pas cours et la situation est très préoccupante : destruction des terres agricoles remplacées par des zones commerciales et du pavillonnage, arasement des bocages, désertification et dégradation des centres-bourgs, réhabilitation sauvage de l’architecture vernaculaire traditionnelle… En dehors d’investisseurs chinois rachetant d’immenses terres à céréales, quels capitaux viennent aujourd’hui endiguer le déclin des territoires ruraux ? Or, sans même évoquer la menace culturelle majeure que représente cette dégradation, il semblerait que l’on ait peu pris conscience de l’énorme potentiel de développement économique que représentent via le tourisme ces paysages et ceux qui les font vivre. Nous savons que les flux de touristes des classes moyennes émergentes d’Asie et bientôt d’Afrique sont exponentiels. Nos grands sites sont déjà saturés et quand bien même Unibail aura transformé l’île de la Cité en centre commercial et de loisirs, tout le monde ne pourra pas y rentrer. Il nous faudra trouver d’autres lieux. Les campagnes ont en France un atout majeur à jouer si elles ne s’autodétruisent pas avant. Les régions n’ont évidemment pas attendu pour développer leurs infrastructures touristiques, mais elles sont peu formées et outillées pour imaginer une politique cohérente et qualitative qui ne se limite pas au rond-point folklorique, au musée du camembert ou du sabot. Préserver sans muséifier, rendre attractif sans disneylandiser, le défi est majeur. Les architectes et paysagistes ont un rôle crucial à jouer, nous sommes allés à leur rencontre.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» L'agence DLW : sans superflu

Photographes

» Tadashi Ono, Motifs côtiers 2017-2018

Le Grand Entretien

» Entretien avec Dominique Perrault : Confession d’un hérétique

Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Questions pro

» Architecte de copropriété, une piste à ne pas négliger

Livres

Point de vue / Expo / Hommage

» Lauréats du concours d’écriture de la Fondation Le Corbusier
» VENISE - « Freespace », espaces en délibéré
» VENISE - La biennale 2018 en 8 mots-clés « Free spaces » XVIe Biennale internationale d’architecture de Venise
» Gordon Matta-Clark, « anarchitecte »

Concours

» Le moteur & le village Concours pour le tribunal de grande instance de Lille

Le dossier du mois

» Réveiller les belles endormies
» Tourisme en France : quelle stratégie pour la campagne ?
» La France comme marque et comme expérience
» (Ultra) labellisée : la multiplication des labels patrimoniaux
» (Sur) interprétée ? L’essor des centres d’interprétation
» « La France manque de grands projets touristiques fédérateurs » Entretien avec Gilles Marty (Inca, architectes)

Réalisations

D’A Lab - Design

» Design équivoque : entretien avec Didier Faustino

Techniques

» SHOWER POWER Ergonomie, accessibilité et design : enfin compatibles ?

Innovations

» Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches

Produits utiles

» PRODUITS UTILES - Hautes lumières
» PRODUITS UTILES - Ambiance feutrée

> L'Agenda

Juillet 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
2701 02 03 04 05 06 07
2808 09 10 11 12 13 14
2915 16 17 18 19 20 21
3022 23 24 25 26 27 28
3129 30 31     

> Questions pro

Quel avenir pour les concours d’architecture publique ? 1/5

Structure des procédures, profil des équipes à monter, références à afficher, éléments de rendus…, les concours publics connaissent depuis…

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …