Élise Flick, poétique de l'impur

Rédigé par Joseph ABRAM
Publié le 13/04/2013

Élise Flick, poétique de l'impur (ou comment je me suis perdue à Pékin) ©Élise Flick

"Il faisait noir encore, déjà. J'ai longé un panneau publicitaire longiligne et sans fin, une barrière de chantier illuminée de blancheur qui en faisait un trait éblouissant. De l'autre côté, des saules alignés créaient avec leurs branches un plafond protecteur. Plus tard, au bout de ma promenade, j'atterrissais dans le parc d'une luxueuse résidence. La nuit tombée était dense et lourde. Seules flottaient des milliers de petites guirlandes immobiles qui avaient été posées sur des haies de buis noirs. Comme je ne distinguais rien, pas même mes pieds, ni les arbustes, ni les parois lointaines des bâtiments, les lampions minuscules semblaient suspendus autour de ma taille, comme ensorcelés. Ils m'avaient tissé une robe de lumière immense...". Élise Flick

Il peut paraître étrange de présenter un travail d'écriture au travers de photographies. À vrai dire, les images que nous exposons ne sont pas tout à fait des photographies, même si elles partagent avec elles l'essentiel : une lumière équivoque, fade au-dehors, mouvementée au-dedans / une impression flottante - définie, mais lointaine... Le flou est le corollaire d'une exigence de précision qui disperse la forme en nuages d'éléments pour dire, sans préjugés, la beauté des choses... Les images d'Élise affleurent au sein d'une étendue paysagère continue, faite de mise à distance et d'intériorité, d'analyse attentive et de proximité troublante... Elles constituent les miroirs épars d'un texte quotidiennement formulé, qui n'a rien à voir, malgré son mode de production apparent, avec un journal de bord... Sur la profondeur sourde des mots, les images nagent en surface, comme les feuilles d'un arbre déployé dans la durée oblongue d'un dépaysement. L'appareil photographique, comme une caméra embarquée, enregistre, dans les limites de sa technologie défaillante, ce paysage concret qui nous absorbe et dont les mots d'Élise restituent les configurations comme les strates d'un territoire mental qui en constituerait le double. Parfois la lumière pénètre dans le boitier par effraction et impose, par soustraction de la chair altérée de l'image, un format carré. Peu importe. Le reste de la série demeure dans la convention apaisée du paysage. Dans ce monde incertain, dont nous saisissons de jour en jour l'implacabilité, apprivoiser l'espace commun et les pratiques qui s'y nouent, même avec un bric-à-brac de fortune, s'apparente à un rite de survie... par-delà l'aura ternie des images, Élise nous transmet de ce monde inconnu quelque chose comme un souffle...


Élise Flick, poétique de l'impur, du 12 avril au 7 juin 2013, commissaire de l'exposition Joseph Abram, Association La Première Rue, Unité d'habitation Le Corbusier, Briey-en-Forêt

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L’architecture ou l’art de transformer le réel Publié le 10/12/2022

Et si nous partions de l’idée, ou plutôt prenions le pari, que ce tout jeune XXIe siècle, à pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…