L'ange de l'histoire

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 29/04/2013

Depuis qu'il a été nommé directeur des Beaux-Arts de Paris, Nicolas Bourriaud a souhaité remodeler les galeries de l'École autant dans leur fonctionnement que dans leurs aménagements spatiaux. Il leur a d'abord rendu leur ancien nom de « Palais des Beaux-Arts »; l'espace d'entrée, la librairie et les salles d'expositions ont ensuite été réaménagés par l'équipe Neufville-Gayet Architectes avec le scénographe Alexis Bertrand et la conceptrice lumière Virginie Nicolas. Ils ont notamment dégagé les murs de l'ancienne grande salle, dégageant d'édifiantes et poussiéreuses fresques des temps glorieux de l'académisme, mise en scène en parfaite résonance avec l'exposition inaugurale.

De simples et grandes cimaises mobiles pourront être réutilisées pour chaque nouvel accrochage. Pour donner davantage de lisibilité à ses évènements, le Palais des Beaux-Arts présentera trois expositions thématiques par an. Chacune, selon Nicolas Bourriaud, « sera divisée en quatre sections – les collections, les tendances de l'art contemporain international, un focus sur un artiste du XXe siècle, les étudiants et diplômés de l'École. Telle une revue tri-annuelle, la programmation confrontera des points de vue hétérogènes, des temporalités différentes, des objets aux statuts divers ». L'originalité est ici de confronter patrimoine artistique, travaux d'étudiants et actualité internationale.

Nicolas Bourriaud a dédié la première édition à la manière dont les artistes s'emparent aujourd'hui du passé historique. Ruines, décombres, débris et fragments hantent les nouvelles salles. Comme chacune des expositions, elle est construite à partir d'un texte et d'une image. Ici « L'ange de l'histoire » qui fait référence à une description de Walter Benjamin* d'Angelus Novelus, un tableau de Paul Klee. La manière de rassembler en un même lieu et sous un même questionnement des gravures à moitié brûlées de Dürer, le port de Ripetta d'Hubert Robert, des photographies des ruines de la commune et de la guerre, les oeuvres du peintre brésilien Glauco Rodrigues, les objets photographiques de Florian Fouché (présentés dans le d'a de mars dernier) ou des oeuvres de « primitifs de l'ère numérique » comme les appelle Nicolas Bourriaud, fait du Palais des Beaux-Arts un des lieux les plus originaux et stimulant de Paris.


Jusqu'au 7 juillet, 13 quai Malaquais Paris, du mardi au dimanche de 13h à 19h.


* « Il existe un tableau de Klee qui s'intitule «Angelus Novus». Il représente un ange qui semble sur le point de s'éloigner de quelque chose qu'il fixe du regard. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte ses ailes déployées. C'est à cela que doit ressembler l'Ange de l'Histoire. Son visage est tourné vers le passé. Là où nous apparaît une chaîne d'événements, il ne voit, lui, qu'une seule et unique catastrophe, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s'attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré. Mais du paradis souffle une tempête qui s'est prise dans ses ailes, si violemment que l'ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l'avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s'élève jusqu'au ciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès. »

Walter Benjamin. Sur le concept d'histoire, IX , 1940. Gallimard, Folio/Essais, 2000, p. 434.

Les articles récents dans Actus brèves

Mettre en scène le méga-chantier : Stefan Kaegi au Grand Palais Éphémère Publié le 21/07/2021

Ouvert en juin, le Grand Palais Ephémère propose une sélection hétéroclite d’évènements… [...]

Le jury du Prix d'a 2021 révèle sa pré-sélection de projets Publié le 15/07/2021

À l’occasion de la troisième édition du Prix d’a, les membres du jury ont pré-sélectionné… [...]

Enseignants-chercheurs des ENSA-P en colère Publié le 29/06/2021

« Nous voulons une cohérence de la politique publique en matière de recherche architecturale,… [...]

Exposition et jeu de piste : Territoires invisibles, histoires d’architectures et de paysages quotidiens – CAUE Rhône Métropole Publié le 15/06/2021

Plongez au cœur de l’histoire des territoires et des paysages quotidiens en venant découvrir… [...]

Christine Leconte élue Présidente de l'Ordre des Architectes Publié le 11/06/2021

Unanimement élue Présidente du Conseil national de l'Ordre des architectes, Christine Leconte… [...]

Explorations créatives des lauréats Agora du Design Publié le 09/06/2021

Du 10 juin au 18 juillet, Le Pavillon de l’Arsenal accueille les lauréats des bourses décernées… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
26   01 02 03 04
2705 06 07 08 09 10 11
2812 13 14 15 16 17 18
2919 20 21 22 23 24 25
3026 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…