Naissance d’une isolation

Rédigé par Marc BENARD
Publié le 25/10/2016

Mise en oeuvre d’un enduit isolant par projection © Fixit

Article paru dans le d'A n°249

La loi sur la transition énergétique et le décret du 30 mai 2016, qui impose la réalisation de travaux d’isolation thermique en cas de ravalement important, a fait l’objet de polémiques. Celles-ci évoquent de manière parfois caricaturale le risque d’une isolation par l’extérieur de l’ensemble du patrimoine architectural, par des procédés de type enduit sur isolant. Parmi les solutions à disposition des architectes, les enduits isolants, qui allient performance et respect du patrimoine existant.
Les obligations imposées par le décret du 30 mai 2016 renvoient à l’homme de l’art pour toute une série de dérogations en raison de risques de pathologies et portant sur la qualité architecturale ou le retour sur investissement. Les architectes héritent ainsi d’une responsabilité particulière pour prescrire de manière raisonnée l’isolation thermique des bâtiments. Celle-ci nécessite de leur part une bonne connaissance de la physique du bâtiment et des nombreuses solutions techniques disponibles. Parmi ces solutions, les enduits isolants apparaissent comme un moyen de concilier performance thermique et respect du patrimoine. Les deux réalisations montrées ici sont les premières références construites à Paris. Elles ouvrent la voie à des solutions de cohérence énergétique adaptées au bâti ancien, vérifiables et durables.

La réglementation thermique sur l’existant prévoit une résistance thermique des murs de 2,3 m2K/W minimum, c’est-à-dire deux à trois fois celle d’un mur traditionnel en pierre, brique ou pan de bois, malgré les éventuels dispositifs de réduction de la paroi froide courants dès les années 1930 : doublages en briques creuses, lames d’air, bétons allégés, etc. Dans la plupart des cas, une résistance thermique complémentaire est à apporter par 5 à 10 cm d’isolant, avec des risques de pathologies si les transferts de vapeur d’eau et les ponts thermiques sont mal traités. Les matériaux isolants étant généralement fragiles, un parement les protège, de type plaque de plâtre côté intérieur, ou de type enduit ou bardage côté extérieur, altérant l’aspect architectural et justifiant la recherche de produits plus respectueux de la matérialité.

Des études récentes, notamment l’OPAH 2D2E à Paris (www.paris2d2e.fr), ont permis de démontrer la possibilité de diviser par deux les consommations énergétiques des bâtiments anciens tout en respectant leurs caractéristiques patrimoniales et techniques. Étudiée paroi par paroi, la préconisation était une isolation thermique par l’extérieur, un enduit isolant, voire une absence d’isolation. Ces études montrent également que des stratégies de performance énergétique sont possibles tout en restant en deçà des niveaux d’isolation thermique requis par la réglementation, les crédits d’impôts et autres aides incitatives.



ADAPTER, RESTITUER, CORRIGER

Les enduits isolants apparaissent comme une solution adaptée d’amélioration thermique des façades patrimoniales enduites, par exemple en Île-de-France, pour la quasi-totalité du bâti courant jusqu’aux années 1850, ou des réalisations de l’architecture moderne, notamment à l’occasion des cycles de renouvellement par piochage complet réalisés en moyenne tous les cinquante ans. À cette occasion, les enduits isolants peuvent être utilisés de manière alternative à des enduits traditionnels avec la possibilité de restituer à l’identique des modénatures, textures et teintes, et de corriger des défauts de planéité.

L’utilisation en façade plutôt qu’en intérieur est à privilégier pour éviter les ponts thermiques. Les enduits isolants – à ne pas confondre avec les enduits sur isolant, où un enduit mince recouvre un matériau isolant – sont des enduits légers intégrant dans des proportions précises des matériaux isolants – chènevotte, liège, argile, perlite, aérogel, polystyrène, etc.) à un liant chaux ou ciment-chaux, additionné si besoin d’adjuvants et de fibres. Le corps d’enduit assure l’isolation thermique et doit être revêtu d’un badigeon ou d’un enduit semi-épais. L’enduit, moins dense et plus léger qu’un enduit traditionnel, est moins résistant mécaniquement et donc à utiliser dans des zones peu exposées (étages, rez-de-chaussée peu accessibles, etc.). Les épaisseurs possibles peuvent atteindre une dizaine de centimètres. Proches des enduits traditionnels, avec une application relevant du DTU 26.1, mais avec une performance thermique se rapprochant des enduits sur isolant, les enduits isolants sont plus coûteux (de l’ordre de 200 euros HT/m2) et nécessitent une formation des applicateurs.



UN MARCHÉ EN EXPANSION

En France, le marché de l’isolation thermique par l’extérieur était en 2015 d’environ 20 millions de mètres carrés. Après s’être concentrée sur les types constructifs favorables – la production en béton des années 1960 à 1980, très énergivore et sans difficultés techniques d’isolation –, l’amélioration thermique vise désormais les constructions plus anciennes. Rappelons que 46 % des logements collectifs datent d’avant 1967, 30 % ayant été construits entre 1915 et 1967, avec des enjeux techniques et patrimoniaux plus importants. En fonction des choix des prescripteurs (architectes, ingénierie, instructeurs des services d’urbanisme, Bâtiments de France, etc.), une part importante des futurs ravalements thermiques pourrait être réalisée en enduits isolants, l’émergence de ce nouveau marché incitant les industriels à proposer rapidement des produits plus performants et moins coûteux.





PERFORMANCES

Le tableau ci-dessous indique la résistance thermique pour 5 cm d’épaisseur, ce qui correspond en moyenne à l’épaisseur d’un enduit existant pioché lors d’un ravalement.


Enduit traditionnel

Enduit chaux-plâtre 0.14 /


Enduit isolant

Enduit argile ou perlite 0.2 à 0.8 /

fabricants Argilus, Fixit, Fassa Bortolo

Enduit chaux-chanvre 0.55 / fabricant Vicat

Enduit micro-billes de verre 0.58 /

Enduit billes polystyrène 0.86 /

fabricants Isolteco, Weber

Diathonite Evolution 1.11 / fabricant Diasen

Enduit aérogel 1.78 / fabricants Fixit, Haga


ITE

Enduit polystyrène ou laine minérale 1.4 /

fabricants Sto, Weber, Baumit, etc.


La perméabilité à la vapeur d’eau est à vérifier en fonction du support.



TYPES
Les enduits chaux-chanvre, adaptés au bâti ancien et au profil environnemental intéressant, nécessitent une main-d’œuvre qualifiée et des temps de séchage importants (plusieurs mois). Ils présentent une résistance thermique modeste, environ trois fois inférieure à des produits industriels, permettant de réduire les effets de paroi froide. Sur des maçonneries anciennes épaisses, ils peuvent suffire à respecter la réglementation thermique. Dans la même famille de produits se trouvent les bétons de chanvre, permettant de réaliser des chapes isolantes ou des remplissages de pans de bois.

Les enduits intégrant des billes d’argile ou de perlite expansée présentent des performances très variables selon les fabricants. Ils sèchent plus rapidement que ceux à base de chènevotte.

Les enduits intégrant des billes de polystyrène sont légèrement plus performants, avec une application à la machine à projeter et des délais de séchages courts (une dizaine de jours).

Le système d’enduit léger Diathonite Evolution, de l’industriel italien Diasen, intègre des morceaux de liège. Sous avis technique depuis 2012, il est bien adapté aux supports maçonnés et peut être mis en œuvre jusqu’à une épaisseur de 9 cm (voire 14 cm sous certaines conditions d’armatures), en application manuelle ou à la machine à projeter. Des temps de séchages de une à deux semaines sont à respecter pour chacune des couches du système.

Plus sophistiqué, l’enduit thermo-isolant 222 Aerogel du fabricant suisse Fixit intègre des granulés de nanogel de silice, avec une performance remarquable, supérieure à celle des solutions de type enduit mince sur isolant. Les temps de séchage sont d’environ trois semaines. Un avis technique est attendu pour début 2017. D’autres fabricants diffusent ou préparent des produits similaires : Haga, Parex Group, etc.



> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

À Croissy-Beaubourg, le…

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons…

Béton de chanvre :…

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour…

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

À Croissy-Beaubourg, le premier ERP en parpaing de chanvre Publié le 18/10/2021

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons écologiques sont porteurs d’innovation et de… [...]

Béton de chanvre : l’isolation comme acte d’architecture Publié le 03/09/2021

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour Paris Habitat, les architectes Thibaut Barrault et… [...]

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…