Notre-Dame : de grands architectes pour accoucher d’une souris

Rédigé par Léo FIGUET
Publié le 27/09/2021

La cathédrale, avant son parvis.

À la suite de l’incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019, la Mission d’étude pour la requalification de l’Île de la Cité avait brièvement refait parler d’elle avant d’être à nouveau enterrée. Quelques mois plus tard, la Ville de Paris lançait une consultation internationale bien plus modeste pour l’Île : l’aménagement des abords de la cathédrale. Alors qu’Anne Hidalgo vient de révéler les principales directions du réaménagement, ainsi que les quatre équipes sélectionnées pour y travailler, l’Île n’a jamais paru aussi intouchable. La ville de Paris n’a visiblement pas pris la mesure des enjeux patrimoniaux de ce site traité avec mépris depuis deux siècles.

Les quatre équipes présélectionnées au terme d’un pré-jury auront à réfléchir sur le futur des abords de Notre-Dame, dans toute leur épaisseur (le parking, la crypte, les quais, le parvis, les squares et les rues adjacentes). Elles sont :

 

- Le paysagiste Michel Desvignes avec Grafton Architects, H2O et Urban Eco,

- L’agence Antoine Dufour avec Ateliers jour et Auxilia,

- La paysagiste Jacques Osty et associés avec Bernard Desmoulin et Orma Archittettura,

- Le paysagiste Bas Smets avec GRAU et Neufville-Gayet.

 

Une sélection ambitieuse qui mêle Pritzker Prize, agences confirmées et agences plus jeunes. Ils sont architectes, paysagistes, architectes du patrimoine et urbanistes, français ou non. De si grands architectes pour accoucher d’une souris ? Le programme et la latitude donnés aux architectes n’est manifestement pas à l’échelle de cette place, l'une des plus emblématique de la scène touristique mondiale. Après la Mission Île de la Cité menée par Dominique Perrault (et le groupe Auchan) qui proposait de rendre les sous-sols de l’Île adaptés aux touristes et aux marchands, la mairie de Paris propose que les abords de Notre-Dame deviennent « résilients » et « attractifs ».

 

Sous ces deux étendards, l’objectif de ce réaménagement consiste à transformer le parvis en « place parisienne du quotidien » tout en le préparant à accueillir à nouveau un flot ininterrompu de touristes. Les quatre équipes devront également réfléchir à des programmes à la hauteur du site : l’intégration d’une bagagerie, de toilettes (avec un espace nurserie) et de banques d’informations, tout cela sur un périmètre de plus de quatre hectares. Quatre hectares en territoire occupé : les premières consultations et la muséification continue de l’Île depuis le siècle dernier laissent peu de marges de manœuvre aux participants. Il faut pouvoir végétaliser les abords sans entraver les (nombreuses) perspectives, clarifier les circulations sans toucher aux tracés existants et perméabiliser les sols sans entraver la capacité d’accueil pour les touristes.

 

Pour accueillir tous ces programmes, la mairie appelle à des propositions architecturales sobres afin de ne faire aucune ombre au fétiche. Elle préconise que celles-ci soient enfouies dans le parking, ou, à défaut, deviennent des événements ponctuels sur le parvis : escaliers vers le sous-sol, réutilisation ou pastiche du mobilier urbain parisien, de kiosques ou de colonnes Morris, zones de repos… La Ville met à la disposition des candidats tout un arsenal pour pouvoir s’approprier pleinement les deux hectares mis à nu du parvis. Les architectes ont été avertis par la mairie qui a précisé que « tout geste architectural est exclu », l’important est de mettre en valeur la cathédrale, comme si ce grand vide qu’il faut pérenniser la mettait en valeur. Une politique étonnante à l’heure où les plus grands historiens préconisent une reconstruction du parvis. 


Deux points de vue à ce sujet, publiés dans le d'a n° 291 :

« Notre-Dame des petits besoins » par Jean-François Cabestan

« Rendre la cathédrale à la cité » par Benjamin Mouton

Les articles récents dans Actus brèves

Le double enseignement de TERRAFIBRA Publié le 02/12/2021

L’exposition TerraFibra architectures se tient au pavillon de l’Arsenal jusqu’au 27… [...]

L’héroïne et l’architecte. Joséphine Baker et Le Corbusier Publié le 30/11/2021

L’un a été naturalisé français en 1930, l’autre en 1937 ;  l’un est architecte,… [...]

Les oublié(e)s de la Muette Publié le 15/11/2021

Les cinq tours de la Cité de la Muette font l’objet d’une… [...]

Les architectes de la table ronde Publié le 09/11/2021

Ce mercredi 10 novembre 2021, la Cité de l’Architecture & du patrimoine organise… [...]

Logement : l’autorisation de déroger aux règles ? Publié le 04/11/2021

Le 14 octobre 2021, la ministre de la Culture, Roselyne Narquin-Bachelot et la ministre… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
48  01 02 03 04 05
4906 07 08 09 10 11 12
5013 14 15 16 17 18 19
5120 21 22 23 24 25 26
5227 28 29 30 31   

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…