Patrimonialisation des ondes

Rédigé par Justine VIGNERES
Publié le 24/04/2018

La Maison de la Radio conçue par Henry Bernard vient d’être inscrite au titre des Monuments Historiques. Ce classement rappelle l’intérêt public de l’édifice et permettra d’assurer sa préservation.

La Maison de la Radiodiffusion-Télévision française marque de son empreinte le paysage des bords de Seine et l’histoire de l’architecture française. L’inscription du bâtiment mais aussi des œuvres plastiques de François Stahly, Louis Leygue, Georges Matthieu, Jean Bazaine et Gustave Singier qui se trouvent à l’intérieur rappelle que la Maison de la Radio est aujourd’hui l’un des principaux centres de diffusion de la création artistique en France.


Lancé en 1952 afin de remplacer les 39 locaux inadaptés qui accueillaient alors les équipes de radiophonie, le concours rempoté par Henry Bernard visait à offrir un espace de travail convenable et de meilleurs équipements à ces professionnels. La forme circulaire de l’édifice formule une volonté de regrouper les divers acteurs de la radiophonie française, mais participe aussi d’une réflexion fonctionnaliste.


Les fonctions des espaces sont organisées selon la chronologie des étapes de production d’une émission de radio. La grande couronne extérieure accueille les espaces d’enregistrement. Les 58 studios y constituent des cellules de forme trapézoïdale juxtaposées au sein de la structure d’ensemble. La couronne intérieure abrite ensuite tous les espaces liés à la production : centre de montage, atelier de copie des enregistrements, etc. C’est finalement dans la tour centrale, haute de 68m, que sont entreposées les collections et diverses archives. Le centre distributeur de modulation (qui permet d’assurer techniquement la radiodiffusion) est situé dans le sous-sol de l’édifice.


Le nom même de Maison de la Radio traduit le fait que cet espace de travail soit conçu avant tout comme un lieu de vie. Les nombreux espaces de sociabilité meublés par Pierre Paulin offrent aux employés l’occasion de se retrouver, de déjeuner ou de travailler ensemble. Des foyers permettent au public ou aux artistes venus pour les enregistrements de se reposer.


Cet édifice singulier a su s’adapter aux diverses évolutions technologiques dans le domaine de l’audiovisuel et de l’acoustique. Cependant, un projet de réhabilitation mené depuis 2009 par Architecture-Studio s’est avéré nécessaire afin de mettre le bâtiment aux normes, ainsi que de moderniser et restaurer les ouvrages d’origine. Trois nouveaux puits géothermiques seront creusés pour compléter celui qui permettait déjà à l’ensemble de bénéficier d’un système de chauffage et de climatisation quasiment autonome et écologique. Par ailleurs, l’architecte Stéphane Maupin a récemment aménagé dans la Maison de la Radio le restaurant Radioeat et le bar à cocktails Bel air, ouverts aux employés comme au public, dans un projet qui rend hommage au modernisme d’Henry Bernard.


Radio France, en demandant l’inscription auprès du ministère de la Culture, espérait certainement obtenir un soutien qui lui permettrait de préserver l’édifice, et notamment sa façade. Cette dernière, dans laquelle l’usage de l’aluminium et de baies de 11m de hauteur pour 2m de large représentent une prouesse technique pour l’époque, se veut véritable incarnation de la modernité. Avec une surface de 100 000m2, ce « Colisée du XXème siècle » (Henry Bernard) incarne même, selon les mots prononcés par Charles de Gaulle lors de son inauguration en 1963, la grandeur de la France.

Les articles récents dans Actus brèves

Concours international pour la flèche de Notre-Dame Publié le 17/04/2019

Edouard Phillipe a annoncé ce mercredi le lancement d’un concours international… [...]

OMA et le Laboratorio Permanente, lauréats du « Concours Farini » à Milan Publié le 12/04/2019

OMA remporte la compétition pour le plan directeur de transformation et de régénérations… [...]

Prix Mies van der Rohe 2019 : Le doublet français Publié le 11/04/2019

Le Prix Mies van der Rohe et le Prix Architecte émergeant, ont été décernés à deux… [...]

FAIRE 2019, troisième édition Publié le 10/04/2019

Après deux premières sessions très remarquées, le Pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris… [...]

Materials & Light, acte V : rendez-vous les 25 et 25 avril prochain Publié le 09/04/2019

Pour sa 5e édition, Materials & Light s’installe les 24 et 25 avril 2019 au Carreau du… [...]

Un sex-toy en plein Brexit ! Publié le 03/04/2019

Si la ville de Londres a attendu le 2 avril pour annoncer l’approbation de la Tulip tower signée… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…