Ventilation naturelle hybride dans un bâtiment universitaire

Rédigé par Loïc COUTON
Publié le 16/08/2016

Article paru dans le d'A n°247

À la question controversée de l’étanchéité à l’air des bâtiments passifs, tributaire des systèmes de ventilation mécanique double flux, Pascal Gontier répond par l’intégration du principe de ventilation naturelle hybride, en mettant en exergue l’interdépendance entre usages et identité architecturale.

Pascal Gontier fait partie des architectes français réellement engagés dans une démarche d’écoconception, ce qui lui a permis, au fil de ses projets successifs, de développer une expertise aujourd’hui reconnue dans le domaine de l’architecture bioclimatique. Le bâtiment de bureaux qu’il vient de livrer dans l’enceinte du campus universitaire de Nanterre, innovant à plus d’un titre, destiné à regrouper en un même lieu les différents laboratoires de recherche en sciences sociales et humaines, surprend autant par son écriture architecturale minimaliste et austère que par sa spatialité intérieure chaude et lumineuse. La raison principale de ce contraste risqué, dans le contexte d’une architecture contemporaine qui privilégie largement les enveloppes extérieures à la modénature ciselée et stratifiée, résulte de choix conceptuels et constructifs parfaitement assumés par son auteur et soutenus par une maîtrise d’ouvrage audacieuse mais clairvoyante.

Bien qu’entièrement construit en structure bois, y compris les cages d’escalier et d’ascenseur, les façades sont totalement recouvertes d’un bardage d’aluminium lisse et continu, simplement entrecoupé des bandes régulières que forment la répétition systématique des fenêtres des bureaux et des espaces communs. L’architecte explique ce parti pris architectural monolithique – malgré quelques terrasses d’angles faisant entorse à la rigueur de son épannelage – par l’exigence d’une maîtrise d’ouvrage qui a exclu, dès le concours, l’emploi du bois en façade. Il le justifie surtout par la prise en compte de l’héritage que représente, au sein du campus, le regroupement d’un ensemble de constructions vieillissantes réalisées en béton ou en acier, comme autant de témoignages de l’architecture universitaire des années 1960. D’aucuns diront sans doute que l’opportunité lui était pourtant offerte de s’inscrire davantage dans le processus en cours de revalorisation architecturale du quartier de Paris Ouest Nanterre La Défense, à l’instar du nouveau Campus numérique de Nanterre et de sa résidence étudiante, qui ouvriront leurs portes en 2017.


Le défi d’une structure bois

Après ce premier contact circonspect, on pénètre dans le bâtiment à l’invitation d’une entrée principale qui laisse présager d’une expérience architecturale beaucoup plus haptique. Dès lors, le contraste est saisissant, tant l’atmosphère intérieure révèle, d’emblée, la volonté de l’architecte d’ouvrir les usagers à la logique conceptuelle et constructive de son projet, qui repose à la fois sur un emploi savant et respectueux des matériaux et à la fois sur une gestion durable et responsable des ambiances.

La réalisation d’un édifice de cette importance exclusivement en structure bois, circulations verticales comprises, a constitué le premier défi environnemental de la démarche d’écoconception empruntée par Pascal Gontier pour ce projet – bien qu’il aurait souhaité pouvoir employer du bois issu de filières locales, plus en adéquation avec les réflexions qu’il développe par ailleurs autour du concept d’économie circulaire. Au-delà de l’intérêt environnemental devenu manifeste de ce matériau biosourcé et renouvelable (bilan carbone, recyclage, filière sèche, préfabrication…), cet architecte possède à l’évidence le savoir-faire et l’expérience nécessaire pour le convoquer avec pertinence et originalité dans son processus de conception.

La structure principale du bâtiment est constituée d’une trame régulière de poteaux dédoublés en bois lamellé-collé, supportant des planchers mixtes bois et béton de 5 m de portée, initialement conçus à partir de l’assemblage de planches décalées sur la hauteur (plancher type dalle O’Portune), mais finalement réalisés à partir de panneaux de contrecollé (CLT) nervurés en sous-face (renforcement structurel), à l’aspect très semblable. Par ailleurs, des panneaux de contrecollé laissés volontairement nus et discrètement ignifugés réalisent les cages d’escalier et d’ascenseurs et assurent le contreventement général de l’ouvrage.

La régulation acoustique des bureaux, aux parois séparatives modulables, a constitué le deuxième challenge de la maîtrise d’œuvre. Ces bureaux étant exempts de faux plafonds, le confort sonore est assuré par le relief structurel des plafonds bois et renforcé par un absorbant acoustique situé entre les nervures. Là où c’est nécessaire, les chapes de béton des planchers sont recouvertes d’un linoléum afin d’éviter la propagation horizontale du bruit entre les espaces de travail. En outre, l’inertie des dalles en béton brut et la forte proportion de bois apparent participent autant à l’agrément des espaces intérieurs qu’à leur régulation thermique et hygrométrique.


Une circulation naturelle

Mais la principale innovation du bâtiment Max Weber réside dans le troisième enjeu de ce projet atypique, qui consiste en un dispositif original de ventilation naturelle assistée et contrôlée (VNAC), plus durable que celui du standard allemand Passivhaus qui induit un système de ventilation mécanique (VMC) double flux, énergivore en fonctionnement et coûteux en maintenance. Ici, tout est fait pour que l’air circule naturellement la majorité du temps, sans recours aux énergies fossiles, en pénétrant au travers des traverses hautes des menuiseries extérieures et en ressortant en toiture sous l’effet conjugué du tirage thermique de 25 cheminées de 3,60 m de hauteur et de tourelles accélératrices, mues par la pression éolienne, placées à leurs embouchures. En signalant avec insistance leur présence au sommet de l’édifice, elles participent fortement à son identité architecturale à l’échelle urbaine. Cet ingénieux dispositif, autonome, intégré au projet dès la phase concours, peut être régulé manuellement par les usagers des bureaux, en ajustant les entrées d’air ou la vitesse d’extraction. Une surventilation nocturne automatisée et des stores extérieurs mobiles, dont la gestion semi-automatisée est en cours d’étude, contribuent au confort d’été. Enfin, l’ouverture toujours possible des fenêtres personnalise encore davantage la gestion des ambiances des espaces intérieurs et humanise leur rapport à l’environnement extérieur.

Ce projet singulier, que Pascal Gontier qualifie « de low-tech par sa technique mais de high-tech par son process », démontre une fois de plus qu’il est tout à fait possible, mais toujours difficile, de répondre aux exigences du développement durable, au travers d’une architecture qui revendique son identité dans la conciliation qu’elle installe entre usages, construction et technicité.

> Autres produits dans la même catégorie

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

Du mur renard au mur…

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous…

HCL : le pouvoir…

1Les premiers développements de la LED étaient…

Céramiques en haute…

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne…

Drones et robots à la…

Des architectes et ingénieurs danois ont…

La filière bois invente…

Flexibilité, modularité, réversibilité : ces…

La nouvelle mécanique des…

Non seulement concentrés sur l’ergonomie et le…

Sous-sols de paris: terres…

Est-il possible de réemployer les déblais…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

L’UHPS : un composite pierre révolutionnaire Publié le 04/05/2020

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré haute performance ? Découvrez l’Ultra… [...]

Questionner la massivité du bois Publié le 03/04/2020

« Comment exprimer la massivité du bois » ? L’architecte Boris Bouchet s’est… [...]

Du mur renard au mur miroir Publié le 03/03/2020

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous Êtes Ici accompagnent le groupe Barrière dans… [...]

HCL : le pouvoir insoupçonné de la LED Publié le 11/12/2019

1Les premiers développements de la LED étaient étroitement liés aux économies d’énergie.… [...]

Céramiques en haute définition - Les innovations du Cersaie de Bologne Publié le 18/11/2019

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne réunit le meilleur de la production de… [...]

Drones et robots à la rescousse de la planète Publié le 04/10/2019

Des architectes et ingénieurs danois ont développé un programme nommé Break the Grid.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…