Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 23/03/2021

Article paru dans d'A n°288

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils ne représentent aujourd’hui que 10% de la commande publique de maîtrise d’œuvre, cela devrait s’accroître puisque l’État, dans le cadre de son plan de relance, incite à y recourir massivement. On peut s’en étonner car si ce type de procédure peut être pertinent, ces contrats sont souvent dévoyés et leurs effets pervers régulièrement dénoncés. Ils pénalisent la concurrence et si leur raison d’être repose sur des objectifs de performances économiques et techniques, leur efficacité à cet égard n’en est pas moins souvent contestée. Pour tenter d’y voir plus clair, nous y consacrerons deux rubriques successives dont la première dans ce numéro avec Denis Dessus, président du CNOAVoyons s’il est encore temps de revenir à des procédures plus vertueuses et ce que signifie la notion de « mandataire glissant ». 


RENCONTRE AVEC DENIS DESSUS, PRESIDENT DU CNOA 

d’a : Dans les marchés publics quel est la raison d’être des marchés globaux et quel pourcentage de la commande représentent-ils ?   


Denis Dessus : Le « contrat global » permet à l’acheteur public de déroger au droit public selon lequel les missions du maître d'œuvre et de l'entrepreneur sont nécessairement distinctes pour réaliser des ouvrages publics. Cela concerne 10% des marchés publics de maîtrise d’œuvre passés soit en marchés de partenariat (PPP), de conception réalisation ou de marché global de performance. 


Toutes ces procédures regroupant entreprises et maîtrise d’œuvre dans une même équipe, généralement sous le leadership d’un mandataire major du BTP, sont des exceptions à la loi MOP conditionnées à des motifs d’ordre technique ou à des engagements contractuels de performance. 

 

Ces dernières années, sous prétexte d’accélérer la construction, ces conditions restrictives ont sauté pour certains marchés globaux dits « sectoriels » (armée, prisons, hospitalier…). Depuis la loi ELAN, les bailleurs sociaux et les CROUS peuvent aussi y recourir librement en s’affranchissant du titre II de la loi MOP. Contractualiser une mission complète à une équipe de maîtrise d’œuvre n’est donc plus une obligation pour ces acheteurs publics. Dans le cas des partenariats publics privés, la conception, la construction, l’entretien et la maintenance, le financement et la gestion sont confiés à un groupement privé rémunéré sous forme de loyer sur 20 ou 30 ans. Là aussi il s’agit d’une procédure d’exception dont l’intérêt doit être justifié par l’acheteur en comparaison avec une procédure « classique » MOP. (...)

Les articles récents dans Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en… [...]

Les ABF, de la censure au dialogue constructif Publié le 02/09/2021

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des… [...]

Les effets pervers des marchés globaux 3/3 Publié le 05/07/2021

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux,… [...]

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2 Publié le 04/05/2021

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes.… [...]

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en produit de consommation Publié le 28/02/2021

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…