What’s up décor ?

Rédigé par Mehdi ZANNAD
Publié le 04/09/2023

Broom Stick Bunny

Article paru dans d'A n°310

Derrière les personnages de l’âge d’or des cartoons produits par les studios Warner se cachent des œuvres d’art aux perspectives et aux couleurs folles. Les décors de Bugs Bunny ou de Daffy Duck révèlent les héros méconnus du flat art.

Monument Valley, 1956 : John Ford conclut son cycle de l’ouest par son chef-d’œuvre, La Prisonnière du désert, pour Warner Bros. Au même moment sur ces lieux, un coyote et un géocoucou anthropomorphes se pourchassent dans les canyons déformés à l’extrême par le décorateur Maurice Noble, qui œuvre dans la division cartoon de la compagnie. Les « Looney Tunes » et les « Merrie Melodies », séries animées foldingues voulues par les frères Warner, s’inspirent des « Silly Symphonies » de Disney nées avec le cinéma parlant : elles font la promotion des productions musicales du label. Petit à petit, les dessins animés s’affranchissent de leur vocation initiale et deviennent des œuvres autonomes grâce à la vision de Chuck Jones, ancien animateur pour Tex Avery qui, à la tête d’une petite équipe au sein des studios de Los Angeles, souhaite se démarquer du concurrent Disney.

Au décor, Maurice Noble s’est forgé une réputation comme coordinateur couleur, notamment grâce à la célèbre séquence des éléphants roses dans Dumbo. Il met au point une approche unique qui associe le fond au gag et transforme l’environnement en protagoniste de l’histoire. Aussi importants que les héros Porky ou Titi, les contextes sont peints sur celluloïd, une technique qui favorise l’aplat couvrant et la synthèse des formes, loin des paysages réalistes aquarellés des concurrents. L’atelier repose sur une synergie unique : Chuck Jones crée les poses des (...)

Les articles récents dans Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Belleville : de la pédagogie à Frédéric Pajak, un certain manifeste du dessin Publié le 20/11/2023

Chaque automne, l’ENSA-PB expose les productions du « voyage de dessin », réalisées sur le mot… [...]

Phantom Power, Espaces spectraux des studios d'enregistrement : quand l'oreille dessine l'architecture Publié le 11/10/2023

Une silhouette massive en costume sombre parcourt fébrilement les pièces d’un appartement london… [...]

De la guerre au pop art, des zigzags qui détonnent Publié le 29/06/2023

En 1917, les sous-marins allemands tirent à vue sur la flotte alliée transportant des marchandise… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
48    01 02 03
4904 05 06 07 08 09 10
5011 12 13 14 15 16 17
5118 19 20 21 22 23 24
5225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…