D’air et de béton

Rédigé par Mehdi ZANNAD
Publié le 14/12/2023

© Thomas Edison National History Park

Article paru dans d'A n°313

L’incursion de Thomas Edison dans la fabrication de maisons en série au début du XXe siècle fut un échec commercial qu’il est intéressant de réévaluer à la lumière des évolutions technologiques.

Le tube à essai contenant le dernier souffle d’Edison, offert par son fils à Henry Ford, constitue le symbole poignant d’une amitié et d’une admiration réciproques dont on peut voir le cliché jusqu’au 19 février à la Bourse de Commerce de Paris dans la série Photo Show Portrays the Familiar de Mike Kelley. Intéressé par les préoccupations sérielles du fordisme inventé par son cadet, Edison applique la méthode au logement individuel, l’occasion de rappeler que l’inventeur est le pionnier américain du matériau conjugué au logement social. Alors qu’en Europe les expériences d’habitat en béton se développent depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, la maison américaine se bâtit principalement en brique ou en structure bois, sous la forme du traditionnel balloon framing. En 1899, Edison, qui possède une entreprise d’extraction de minerai de fer, décide d’en utiliser le sable dérivé. La gigantesque cimenterie qu’il construit dans le New Jersey est mise au service d’un projet philanthropique à destination des mal-logés. Il dépose un brevet qui décrit le principe d’« un bâtiment constitué d’un mélange de ciment, moulé d’un tenant qui inclurait toutes ses parties, murs, toiture, cloisons, baignoire, planchers », suivi d’un essai concluant réalisé sur le site de son laboratoire à West Orange dans le New Jersey – un complexe aujourd’hui sanctuarisé, le « Thomas Edison National Historical Park » – sous la forme d’un garage coulé d’une pièce pour abriter sa Ford T, cadeau de Henry.
 
Gigantesque puzzle métallique
Pour construire la maison pour tous, un assemblage de 2 300 éléments de panneaux en fonte est nécessaire. Edison associe l’agence d’architecture new-yorkaise Mann & MacNeille comme consultante, qui propose sans imagination un mélange de Prairie Style et d’Arts and Crafts, en vogue à l’époque. Le modèle est la maison sur catalogue de type American Four Square, qui comprend (...)

Les articles récents dans Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Belleville : de la pédagogie à Frédéric Pajak, un certain manifeste du dessin Publié le 20/11/2023

Chaque automne, l’ENSA-PB expose les productions du « voyage de dessin », réalisées sur le mot… [...]

Phantom Power, Espaces spectraux des studios d'enregistrement : quand l'oreille dessine l'architecture Publié le 11/10/2023

Une silhouette massive en costume sombre parcourt fébrilement les pièces d’un appartement london… [...]

What’s up décor ? Publié le 04/09/2023

Derrière les personnages de l’âge d’or des cartoons produits par les studios Warner se cache… [...]

De la guerre au pop art, des zigzags qui détonnent Publié le 29/06/2023

En 1917, les sous-marins allemands tirent à vue sur la flotte alliée transportant des marchandise… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…