Belleville : de la pédagogie à Frédéric Pajak, un certain manifeste du dessin

Rédigé par Mehdi ZANNAD
Publié le 20/11/2023

Charles-Elie Delprat, Galerie Documents 15

Article paru dans d'A n°312

Chaque automne, l’ENSA-PB expose les productions du « voyage de dessin », réalisées sur le motif par des étudiants au printemps dans un pays d’Europe. En 2022, une monographie d’une des figures de l’école est publiée aux Cahiers dessinés, maison d’édition de Frédéric Pajak. Deux témoignages d’une pratique du dessin comme langage vivant.

Ringard, le dessin ? Grand oublié de la nouvelle conscience de la matérialité et du « faire » dans les débats sur l’enseignement d’architecture mais bien présent dans l’inconscient collectif des étudiants, des praticiens et du grand public, le dessin chez l’architecte se comporte comme un liquide qui épouserait encore et toujours les évolutions de la profession. Il s’affirme à chaque virage technologique comme solution pour résoudre des problèmes de conception ou de communication. En ostinato, il se rappelle avec insistance comme l’outil le plus efficace pour comprendre le réel. L’évidence du médium – souvent mal maîtrisé par les étudiants, faute d’un enseignement développé sur la longueur du cursus – pour « parler » l’architecture est comparable à celle de l’eau courante dont on oublie au quotidien qu’elle nécessite ressources, contrôle et savoir technique pour arriver jusqu’à nous dans sa forme évidente. Comme une langue ou un instrument de musique, le dessin demande une pratique constante et un savoir-faire pour entrer dans l’expression pure. Cet apprentissage est possible depuis la première année jusqu’au diplôme à l’ENSA-PB. Celle-ci est la seule école française, et peut-être même mondiale, à avoir pour principe fondateur la volonté de le préserver comme outil premier de la pensée.
 
Le dessin, un enseignement à la pointe
Rarement montrés aux côtés d’une œuvre, les croquis préparatoires, réalisés sur place, révèlent au public la méthode de construction du cadrage, de la composition, des proportions, des horizontales et des verticales qui créent la relation juste des formes urbaines entre elles. On y décèle un désir de transmission qui s’adresse directement au spectateur, exigeant son attention sur la manière dont se construit le regard. Cette vision est orchestrée par Simon Vignaud, d’abord élève à l’UP8 puis enseignant responsable de la Représentation à partir de 1986. La transmission des fondamentaux du dessin est au cœur de la pédagogie depuis l’origine de l’école en 1969, sous la direction des équipes de l’époque menées par Albert Flocon, ancien étudiant au Bauhaus, à qui succède Pierre Lepetit, dont Vignaud est l’élève. Le premier voyage de dessin est initié par Olivier Dufau, Jacques Fredet, Pierre Lepetit et les étudiants qui proposent Venise comme destination. Le ministère de tutelle leur réplique : « À quoi bon aller là-bas ? Ça a déjà tellement été fait. » Simon Vignaud se remémore : « Ça nous a donné l’occasion de leur écrire une belle réponse ! »
Le temps du dessin se réduit en 2005 avec (...)

Les articles récents dans Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Les Harari : anatomie d’une famille « archi-stique » Publié le 03/07/2024

Quel rapport entre Heinrich Tessenow, L’Aimant et Anatomie d’une chute ? Réponse dans la… [...]

Barcelone, la ville intime d’Aurora Altisent Publié le 29/04/2024

Comment un regard singulier peut-il transformer notre perception du monde ? Réponse dans l… [...]

Megalopolis, rêve de ville Publié le 01/04/2024

L’utopie urbaine, trace matérielle ou mirage de lanterne magique ? Réponse avec Jean-Paul… [...]

Jeux d'enfants Publié le 11/03/2024

Quel est le point commun entre Richard Buckminster Fuller, Alexander Graham Bell et Anne Tyng, muse… [...]

D’air et de béton Publié le 14/12/2023

L’incursion de Thomas Edison dans la fabrication de maisons en série au début du XXe siècle fut… [...]

Phantom Power, Espaces spectraux des studios d'enregistrement : quand l'oreille dessine l'architecture Publié le 11/10/2023

Une silhouette massive en costume sombre parcourt fébrilement les pièces d’un appartement london… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
2701 02 03 04 05 06 07
2808 09 10 11 12 13 14
2915 16 17 18 19 20 21
3022 23 24 25 26 27 28
3129 30 31     

> Questions pro

Quel avenir pour les concours d’architecture publique ? 1/5

Structure des procédures, profil des équipes à monter, références à afficher, éléments de rendus…, les concours publics connaissent depuis…

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …