L’art du chantier

Rédigé par Stéphane BERTHIER
Publié le 03/12/2018

Article paru dans le d'A n°268

Dans la tradition des arts libéraux, depuis Alberti, les architectes considèrent que l’œuvre est immatérielle et réside dans le projet plutôt que dans l’édifice. Sa réalisation relève quant à elle des arts mécanistes ; elle est souvent associée à quelque chose d’un peu vulgaire. Pourtant, le moment de la fabrique d’un édifice, ses hommes, ses savoir-faire, ses moyens mécaniques ont suscité un intérêt constant et une fascination certaine au cours du temps. L’exposition « L’art du chantier » qui se tient jusqu’au 11 mars 2019 à la Cité de l’architecture et du patrimoine réunie, sous le commissariat de Valérie Nègre, de très nombreux documents remarquables tels que dessins, maquettes, photographies et vidéos qui témoignent de l’art de bâtir, du XVIe siècle à nos jours. 

La scénographie, conçue par Nicole Concordet, s’étire le long de la galerie du Palais de Chaillot, séquencée par plusieurs thèmes qui abordent successivement les dimensions techniques, sociales et artistiques du chantier. Cette partition semble plus obéir à une habile manière d’organiser un corpus d’une grande richesse, mais hétérogène, qu’à construire un propos univoque sur le sujet.


Le premier de ces thèmes est consacré à l’héroïsme de l’exploit technique, à la capacité des hommes de « se rendre comme maîtres et possesseurs de la nature ». La présentation de grands travaux d’ouvrages d’art nous apprend les machines sophistiquées qu’il fallut inventer pour les réaliser, d’abord mues par la force animale, ou hydraulique quand cela pouvait être le cas. La première révolution industrielle leur apporta la force de la vapeur, qui en décupla la puissance, tandis que le XXe siècle vit se généraliser les moteurs électriques ou thermiques. Mais l’ingéniosité de ces machines, leur spécificité liée à la tâche particulière qu’elles doivent accomplir, parfois inventée pour l’occasion, paraît être une constante du progrès. Ce paradigme mécanique culmine après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’industrialisation de la construction s’énonce comme un horizon commun à tous les acteurs(...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…