N° 221 - Octobre 2013

Grand écart

Depuis qu’en école d’architecture au milieu des années quatre-vingt, j’ai découvert le monde des architectes, il me semble avoir toujours entendu résonner le bruissement des plaintes d’une profession assiégée et se battant pour exister au sein d’une société inculte, hostile et normative à l’excès. À l’arrière-plan de cette scène de tragédie, s’est toujours dressée l’évocation d’un âge d’or perdu. On peine cependant à deviner à quelle époque renvoie cette nostalgie, tant la légitimité de l’architecte semble n’avoir jamais été clairement acquise.
Mais malgré la crise, les normes, l’inertie institutionnelle, la multiplication des intervenants ou l’impéritie des entreprises, le nombre de réalisations de qualité qui parviennent aux rédactions de la presse spécialisée n’a rarement été aussi important qu’aujourd’hui. Si l’architecture peut encore advenir autour de nous, d’où provient alors cette anxiété chronique qui serait à la conjoncture ce que le froid ressenti est à la véritable température ?
Est-ce parce que dans le même temps, l’évolution brutale du paysage à laquelle nous sommes confrontés a profondément modifié les enjeux du projet ? L’héritage patrimonial du XXe siècle qu’il faut transformer et adapter, la ville diffuse et les campagnes mitées qu’il faut rendre habitables sont parmi les plus grands défis qui ont été lancés aux architectes. De fait, l’écart entre le rôle auquel ils sont confinés et les potentialités d’action auxquelles ils aspirent n’a jamais été aussi grand. Est-ce la raison de leur sentiment lancinant de frustration ? Les architectes voudraient élargir leur champ d’action, redéfinir leur rôle, alors même qu’ils doivent sans cesse réaffirmer leur légitimité. C’est pourquoi, devant ces territoires voués à l’opprobre mais où se tiennent les germes d’un mode d’habiter à réinventer, les architectes pourront difficilement se contenter de se draper dans la posture du poète griffonnant pieusement dans son cahier de moleskine.

Emmanuel Caille, rédacteur en chef

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» François Clermont

Photographes

» Jean-Pierre Porcher, l’art de la pose lente

Livres

» Qu’est-ce que la ville intelligente ?

Points de vue / Expos

» Le grand écart 5 : Rites, objets et monumentalités éphémères
» Hawksmoor, baroque anglican et maroquinerie de luxe

Concours

» Thème & variations : Concours Kaufman & Broad secteur Austerlitz, ZAC Paris Rive Gauche

Le dossier du mois

» Quel rôle demain pour les architectes?
» L’architecte : un pouvoir convoité autant que contesté
» Qu’est-ce qui a changé ?
» L’Europe : une chance pour qui sait en comprendre les opportunités
» Questions sensibles

Innovations

» Le design paramétrique au service de la foi

Les produits de la rédaction

» Cloison de verre
» Sol Universel
» Une seconde vie pour les bois exotiques
» Miroir de toile
» Baffles à la demande
» Mouvements au plafond
» Ex-Fan des Fifties
» Du volant à l'assise
» Sur du billard
» In the mood for bath
» Feuille de pierre
» Béton fibré pour intérieur
» Botte de mailles

Le Grand Entretien

» Entretien avec Valéry Didelon et Françoise Fromonot : Des Frac pour quoi faire ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Paris, pour le meilleur et pour le pire - 1/Place de la République
» Paris, pour le meilleur et pour le pire - 2/Berges de Seine
» Coup double - Le Frac Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque
» Orgueil et préjugés - Réouverture du Frac Centre, Orléans
» École primaire Croix-Bosset à Sèvres
» L’école qui voulait être un pavillon - Collège Jean-Lurçat à Saint-Denis (93)
» Centre d’accueil pour personnes en situation de handicap, Figeac (46)

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» François Clermont
» Jean-Pierre Porcher, l’art de la pose lente

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…