N° 239 - Octobre 2015

TOUT OU RIEN ? RIEN POUR EUX

Jamais l’écart n’a été aussi grand entre ce que nous exigeons d’un bâtiment et la capacité que nous avons à le financer. La réglementation, malgré son flot de contraintes souvent absurdes, a porté le logement social, les équipements hospitaliers ou les centres d’accueil des personnes âgées à un niveau sans précédent de qualité fonctionnelle. Il faut se réjouir de l’ambition d’offrir aux plus démunis le meilleur possible. Mais la générosité dans laquelle nous nous drapons ne masque-t-elle pas une grande hypocrisie ? Car on sait que cette exigence de qualité, en augmentant considérablement les coûts d’investissement, ne permet de répondre que partiellement à la demande. Cette course aux objectifs qualitatifs toujours plus élevés – par exemple en terme de sécurité, d’accessibilité et de contrôle – voue à la précarité tous ceux qui ne peuvent accéder à cette manne de confort. Ainsi, plusieurs décennies après les avoir éradiqués, nos villes ont vu resurgir les bidonvilles. Choquant mais supportable dans une France à peine reconstruite, le taudis, aujourd’hui trop infamant, est systématiquement détruit. Poétique, inventif ou fascinant à Lagos, le bidonville est ici une plaie que l’on refuse de voir. Comme si ce n’était pas l’illégalité mais l’indignité de leurs abris qui légitimait l’expulsion de ses habitants. On sait pourtant que les expulsés ne sont presque jamais relogés, si ce n’est dans des conditions encore plus précaires. Sans nier les véritables progrès que la marée réglementaire a malgré tout apportés, force est de constater aujourd’hui qu’elle nous empêche de mieux accueillir les réfugiés, nous oblige à cantonner les migrants dans leurs tentes, nous prive de l’inventivité propre au système d’organisation des bidonvilles et de leur capacité d’évolution, elle confine enfin les architectes dans une autocensure qui bride autant leur responsabilité morale que leur imagination. #
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Terreneuve : Architectes "inclassables"

Photographes

» MRU, le ministère photographe

Points de vue / Expos

» Pour les bidonvilles en France
» Comment parler d’architecture ?

Concours

» Concours pour le bâtiment d’enseignement mutualisé de l’École polytechnique à Saclay

Le dossier du mois

» Architecture du grand âge et de la dépendance
» « La dépendance est devenue le cas général » Entretien avec les architectes Philippe Jeger et Philippe Merle
» Fondation Roguet, centre de moyen et long séjours, Clichy-la-Garenne
» Ehpad et crèche, Notre-Dame de Bon Secours, Paris 14e - Zündel Cristea architectes
» Ehpad et halte-garderie Paris 15e - TVK
» Ehpad, ZAC Clichy-Batignolles, Paris 17e - AASB
» Ehpad Antoine-de-Saint-Exupéry, Villejuif - Elizabeth Naud & Luc Poux
» Résidence Vallée de la Marne, Joinville-le-Pont - Lankry architectes
» Résidence Alice-Guy, Paris 19e - ADE
» Résidence du Maharin, Anglet - Séquence architectes
» Maison de retraite, Concoret - NOMADE
» Centre d’hébergement de l’OCMW à Nevele, Belgique - 51N4E
» Complexe social à Alcabideche, Portugal - Guedes Cruz
» Classe ouvrière du troisième âge à Singapour - Sparkarchitects

Innovations

» Le chauffe-eau du futur
» Architectoniques issues de la Terre

Les produits de la rédaction

» La nouvelle mécanique du VIA
» Les lettres de mon bureau
» L’écran à la trappe
» Plate poigne
» L’aquabioniste n'aime pas le calcaire

Questions pro

» Universités de l’architecture : paroles d’architectes

Réalisations

Publiés par d'a

» L’espace Jean-Louis-Dumas, Pantin
» Architecture et couture La Boutique Dior à Séoul
» Centre éducatif à Quesnoy-sur-Deûle
» Labyrinthe : un dédale de S235 à Genk, Belgique
» Bargenale : une architecture éphémère à Venise

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…