De bruit et de silence

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 19/10/2022

Projet AJC

Article paru dans d'A n°302

Un concours intéressant tant pour son contexte que par ses attendus et la qualité des équipes en compétition. Une opération au budget serrée visant à mettre aux normes des locaux sportifs vétustes et à reconstruire une salle de spectacle qui souffrait de son exiguïté et dans laquelle la pluie parfois tombait…

Non, vous n’êtes pas dans un décor d’un remake de Peyton Place, la série américaine culte des années 1960. Vous êtes dans une vraie ville, la plus dense de France après Levallois-Perret, avec des chaussées pavées que vous traversez dans de vrais clous qui entrent en résonance avec ceux, plus petits, des guidages podotactiles pour dessiner de sages compositions abstraites sur cet impeccable calepinage. Un fois que vous avez quitté l’avenue de Paris et ses parallèles, vous ne verrez que peu d’automobiles dans cette commune très bien desservie par le métro, le RER et les lignes de bus et où la municipalité applique une politique de mobilité douce favorisant vélo et Vélib’ en taxant notamment, bien avant la capitale, le stationnement des scooters et des motos. Des plantations achèvent d’accorder à ces espaces publics parfaitement entretenus le caractère d’espaces privés habités par de vrais adultes et de vrais enfants qui paraissent s’y sentir heureux… Après avoir suivi l’imposant cours Marigny, vous dépasserez la mairie et, après le conservatoire-médiathèque d’Henri Gaudin, vous tournerez à droite pour suivre l’avenue de Fontenay en vous dirigeant vers l’ouest. À l’angle de la rue du Château, vous parviendrez sur le site de la consultation. Un long rez-de-chaussée, occupé par des commerces de proximité, est coupé par l’entrée de l’actuel centre culturel et sportif qui s’enfonce sous terre. Ce grand socle recouvert de jardins participatifs suivi d’un petit parc public vient s’encastrer dans une équerre de hauts immeubles de sept à six étages qui, avec la barre située de l’autre côté de la rue du Château, forme un U. Ce grand ensemble de béton des années 1970 avec ses grandes baies vitrées et ses balcons filants protégés par un barreaudage métallique très simple, parfaitement intégré à la ville, distille une ambiance de luxe, de calme et de volupté… ce qu’il serait bien incapable de faire dans un autre contexte. Mais engageons-nous dans le grand escalier qui descend au sous-sol dans un hall triste et sombre desservant, d’un côté, la salle de spectacle octogonale à la scène inadaptée; de l’autre, le centre sportif qui s’enfonce encore d’un niveau. Là, un long couloir distribue : sous les commerces de l’avenue, les salles d’escrime et de gymnastique; sous la toiture, une grande salle de sport éclairée par une verrière orientée au nord et donnant sur l’espace planté arrière. Odeur de transpiration, décrépitude des enduits, ouvertures condamnées, chauffe-eau électrique vétuste et inadapté, absence d’un nombre suffisant de sorties de secours limitant le nombre des usagers à une centaine : la mairie a cependant choisi de réhabiliter et de mettre aux normes ces espaces, mais de reprendre la toiture et de reconstruire entièrement le théâtre en le remontant au niveau du sol. Malgré des contraintes, les équipes en lice nous laissent entrevoir des mondes possibles très différents. AJC développe une vision paysagère et romantique renvoyant à Arnold Böcklin et à L’Île des morts : des strates telluriques se soulèvent, s’enfoncent dans la terre ou se sédimentent tandis qu’une falaise surgit d’une gorge devant un pré en pente douce. Nicolas Guillot semble méditer sur une architecture ouverte et protectrice quand Rudy Ricciotti joue sur la séduction des formes et des matières, en proposant des courbes suaves et sensuelles rappelant celles de Niemeyer ou d’Aalto mais réalisées en béton de terre. Tandis que MVRDV voit son bâtiment comme un jeu d’ouvertures sur l’extérieur et sur lui-même et que l’Atelier du Pont aborde la question de la mise en abîme en s’emparant du thème de la boîte dans la boîte (...)

Les articles récents dans Concours

Notre-Dame : le parvis de la concorde Publié le 05/09/2022

Deux ans après la remise des résultats de la Mission Île de la Cité et les hypothèses de D… [...]

Reconstruire le sol. Dialogue compétitif pour le réaménagement des abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris Publié le 05/09/2022

Comment aménager le parvis d’une cathédrale qui s’élève toujours sans toiture depuis son… [...]

Une Villa Médicis à Montfermeil ? Concours pour le bâtiment principal des Ateliers Médicis, Clichy-sous-Bois, Montfermeil Publié le 05/05/2022

Non, ce n’est pas un concours pour une extension de la Villa Médicis à Rome, mais pour la cons… [...]

La résurrection de la barre Cassan. Appel d’offres pour la réhabilitation de la barre Cassan en logements pour étudiants, Paris 5e Publié le 29/03/2022

Un appel d’offres a été lancé en 2020 par la RIVP et la Mairie de Paris pour réhabiliter l… [...]

Géométries. Concours pour un immeuble de logements, boulevard de Picpus, Paris 12e Publié le 25/02/2022

La pierre massive porteuse est de retour à Paris ! En témoigne ce petit concours de logements, o… [...]

La poste à la retraite. Concours pour le réaménagement de l’Hôtel des postes de Metz Publié le 09/12/2021

La Poste poursuit sa mutation : elle ferme et reconvertit ses bureaux occupant des positions … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…