De la guerre au pop art, des zigzags qui détonnent

Rédigé par Mehdi ZANNAD
Publié le 29/06/2023

commandement de la section camouflage de l’US Navy, 1917.

Article paru dans d'A n°309

En 1917, les sous-marins allemands tirent à vue sur la flotte alliée transportant des marchandises. Au plus fort de l’hécatombe, l’Angleterre perd huit bateaux par jour. Comment tromper l’adversaire ? En se fondant dans son milieu, tel est le principe de camouflage du poulpe ou du caméléon. Effet difficile à obtenir en pleine mer, comme l’a prouvé l’expérience malheureuse menée par Thomas Edison avec un navire travesti en île qui se disloqua au large de New York. 



La stratégie opposée, c’est le principe du « camouflage d’éblouissement », celle du zèbre ou du guépard. L’idée du dazzle apparaît dans une épiphanie à Norman Wilkinson, célèbre peintre de marines anglais. Officier de la Navy, il est engagé pour conduire des tests sur son invention au sous-sol de l’Académie des beaux-arts à Londres dans le plus grand secret. Soutenu par l’armée, il s’entoure de jeunes étudiantes en art et d’hommes démobilisés ou trop âgés pour faire la guerre. Intime des reflets changeants de l’eau, il convoque les motifs discontinus et les perspectives inversées pour que les sous-mariniers ennemis ratent une cible dont la trajectoire et la vitesse deviennent difficiles à évaluer. La conception des formes, bien que classées par fiches colorées, échappe à des catégories nettes car chaque façade de bateau se doit d’être unique, pour empêcher l’instruction des équipages sur la répétition d’un motif. Pour lancer une torpille, un sous-marin doit s’aligner en submersion sur sa cible, périscope rentré. Le tir est donc prédictif, sans compter la mauvaise visibilité et le manque de stabilité du submersible au moment de l’évaluation des coordonnées. Une erreur de 8 degrés suffit à rater sa cible. 

Les trompe-l’œil de Wilkinson se dessinent sur les façades des bâtiments qui se découpent sur fond d’azur, au-dessus de la ligne d’horizon, à ras de l’eau. Il n’est donc pas nécessaire  (...)

Les articles récents dans Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Megalopolis, rêve de ville Publié le 01/04/2024

L’utopie urbaine, trace matérielle ou mirage de lanterne magique ? Réponse avec Jean-Paul… [...]

Jeux d'enfants Publié le 11/03/2024

Quel est le point commun entre Richard Buckminster Fuller, Alexander Graham Bell et Anne Tyng, muse… [...]

D’air et de béton Publié le 14/12/2023

L’incursion de Thomas Edison dans la fabrication de maisons en série au début du XXe siècle fut… [...]

Belleville : de la pédagogie à Frédéric Pajak, un certain manifeste du dessin Publié le 20/11/2023

Chaque automne, l’ENSA-PB expose les productions du « voyage de dessin », réalisées sur le mot… [...]

Phantom Power, Espaces spectraux des studios d'enregistrement : quand l'oreille dessine l'architecture Publié le 11/10/2023

Une silhouette massive en costume sombre parcourt fébrilement les pièces d’un appartement london… [...]

What’s up décor ? Publié le 04/09/2023

Derrière les personnages de l’âge d’or des cartoons produits par les studios Warner se cache… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Avril 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
1401 02 03 04 05 06 07
1508 09 10 11 12 13 14
1615 16 17 18 19 20 21
1722 23 24 25 26 27 28
1829 30      

> Questions pro

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…