Étoiles et lucioles

Rédigé par Valéry DIDELON
Publié le 26/06/2022

Franck Gehry finger attitude

Article paru dans d'A n°300

En miroir des édifices et architectes qu’il distingue, ce palmarès des « Vingt architectures qui ont marqué les vingt premières années du XXIe siècle » frappe par le peu de place qu’il accorde aux bâtiments extravagants qui ont surgi de terre en France au cours de cette période. Quid par exemple de la gare de tramway de Strasbourg, du ministère de la Culture à Paris, du Pavillon noir d’Aix-en-Provence, des Champs libres à Rennes, du Centre Pompidou-Metz, du Cube orange de Lyon, de la Fondation Louis-Vuitton, de la Canopée des Halles et de la Philharmonie à Paris, ou de la Méca de Bordeaux ? Vastes, innovants, coûteux, tous ces édifices ont été à un moment ou un autre largement médiatisés, discutés, admirés ou détestés ; ils semblent aujourd’hui peu ou prou oubliés. Leur étoile a manifestement pâli comme celle de leurs concepteurs. Quid de Zaha Hadid, de Rudy Ricciotti, de Christian de Portzamparc, de Shigeru Ban, de Frank Gehry, de Bjarke Ingels et de Jean Nouvel, etc.? Qu’est-il donc arrivé à la starchitecture et aux starchitectes qui, après avoir fait tant rêver, le font beaucoup moins? Que l’on s’en réjouisse ou pas, la présente sélection de vingt édifices remarqués et remarquables témoigne peut-être implicitement d’un changement de valeurs à l’aune desquelles se jugera de plus en plus l’architecture contemporaine.

Grandeur et décadence 

Au début des années 2000, en France comme ailleurs, les starchitectes sont promis à un bel avenir. Ils sont particulièrement à leur aise dans la mondialisation néolibérale qui concentre les richesses et le capital symbolique dans quelques métropoles. Ils sont à l’avant-garde de la « classe créative » qui, selon Richard Florida, est vouée à connaître un inexorable essor dans les sociétés postindustrielles. Au sein de l’Union européenne, depuis 1993, les architectes ont pris l’habitude de concourir dans le cadre de la libre circulation des personnes, biens, services et capitaux. Dix ans plus tard, ils sont quelques-uns à se lancer à l’assaut des marchés émergents et s’efforcent notamment de prendre pied en Chine. La réussite se mesure alors à l’aune du chiffre d’affaires, du nombre de collaborateurs qui se comptent en dizaines voire en centaines, et d’une communication d’entreprise de plus en plus sophistiquée. Comme dans tous les autres secteurs d’activité, les classements se multiplient dans la presse et sur Internet pour étalonner cette scène architecturale globalisée qui, en dépit de son fonctionnement corporate, continue d’être incarnée par des personnalités censément non conformistes. (...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L’architecture ou l’art de transformer le réel Publié le 30/11/2022

Et si nous partions de l’idée, ou plutôt prenions le pari, que ce tout jeune XXIe siècle, à pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…