Extension de l'IUT Paris 8, Montrueil

Architecte : Atelier 2/3/4 architecture
Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 12/12/2012

Derrière son air retenu et discret, le bâtiment de l'extension de l'IUT d'informatique de Montreuil défend une certaine idée de la maîtrise d'œuvre. Avant d'être une cause professionnelle, ce combat est avant tout au service de l'architecture ; les lignes rigoureuses et raffinées du bâtiment, qui lui donnent un aspect helvétique, en sont la démonstration.


Aux portes de la capitale, Montreuil s'apprête à devenir un futur arrondissement du Grand Paris. Certains quartiers de cet ancien fief communiste sont depuis près de vingt ans investis par les Parisiens, en général des classes moyennes supérieures qui trouvent dans cette commune de la première couronne des logements moins chers et plus grands, plus atypiques ; ou par de grandes entreprises, dans des secteurs
rénovés jouxtant la plus chic Vincennes. La dynamique de gentrification est toutefois loin de concerner toute la ville, qui couvre un territoire très étendu, étiré au sud dans un ancien vallon et au nord sur un plateau calcaire, un des points culminants du département. C'est sur cette émergence qu'a été réalisée l'extension du nouvel IUT d'informatique, signée par les ateliers 2/3/4, Olivier Arène assisté de Jean-François Patte et Émilie Sopena.

Le contexte est caractéristique des espaces de la périphérie : hétérogénéité du bâti et des fonctions, éloignement des grands réseaux de transports maillés. Le bus qui passe à proximité de l'établissement universitaire devrait être remplacé par une ligne de tramway, dont la livraison était attendue pour la fin 2013. La route qu'empruntera ce transport est désespérément vide de signes de chantier. L'infrastructure attendra 2017, si tout va bien…

COLLAGE UNIVERSITAIRE

L'IUT lui-même est un ensemble hétérogène: les salles sont réparties dans trois édifices renvoyant à trois périodes bien identifiables de l'histoire de l'architecture. Le premier, dans un style régionaliste basco-francilien, se reconnaît à ses toitures à forte pente et ses grandes ouvertures en arc de cercle. La présence de terrains de tennis indépendants de l'établissement – un collage typiquement suburbain – lui donne des allures de club-house d'une association sportive huppée. Les ateliers 2/3/4 sont intervenus ponctuellement sur ce bâtiment à l'occasion de la réalisation de l'extension. Après cet ensemble à l'aspect désuet et sympathique, on rencontre sur rue un immeuble dessiné par l'agence Atelier 9, très marqué par le style années quatre-vingt, bien qu'il ait été apparemment livré dix ans après. De l'autre côté de la chaussée, on trouve enfin le bâtiment de 2/3/4, qui abrite des salles de classe et un restaurant universitaire au service de l'ensemble de ce mini-campus. L'écriture de ce parallélépipède tranche par sa netteté et sa rigueur. La seule fantaisie architecturale tient aux surfaces d'inox réfléchissant qui entourent certaines fenêtres, rompant la matité de la brique. Celle-ci se retrouve également au sol ; elle délimite la zone d'entrée menant au patio, coeur du bâtiment qui reconstitue une place publique dans un contexte urbain très ouvert, pour ne pas dire lâche et diffus. Les parois vitrées font du hall et du réfectoire la continuation naturelle de cet espace.

DESSINER POUR CONSTRUIRE

La rigueur formelle va de pair avec la rigueur constructive. Poteaux, plafonds, ouvertures, cloisons, sols, les différents ouvrages se coordonnent sans heurts. Ici, le dessin fut d'abord mis au service de la construction. Cet impératif n'a pas bridé la créativité, ni le développement de jeux sur les matériaux et les textures. Un ruban d'aluminium ceinture les parties opaques du rezde- chaussée. Un motif évoquant les calepinages de brique des immeubles industriels du XIXe siècle y a été reporté par emboutissage. Une touche ornementale discrète qui doit être dans l'air du temps : on se souvient que Vincent Parreira avait utilisé les mêmes procédés sur son école de Saint-Denis, de façon plus affirmée toutefois. Les architectes ont su rendre expressives les contraintes environnementales. L'isolation par l'extérieur s'imposait pour obtenir le label BBC. La brique n'est plus que le revêtement qui habille un manteau d'isolant. Le changement de statut se lit dans le calepinage de façade, constitué de panneaux de brique possédant chacun un motif propre, façon école d'Amsterdam. Des joints verticaux courant sur la hauteur du bâtiment signalent à l'oeil averti que la brique n'assume plus de rôle porteur. C'est la même réflexion sur le rôle du mur à l'ère de l'isolation extérieure qui a conduit à rapporter les inserts en inox sur les façades.

ARCHITECTE EN MISSION

Le plan est simple et se déroule autour d'un grand couloir devenant tantôt central, tantôt latéral, offrant des vues hautes sur le patio. La signalétique a été traitée par les ateliers 2/3/4 eux-mêmes, ce qui permet d'échapper au désagrément de punaisages intempestifs de plans pompiers ou de panneaux d'affichage administratifs. Mais l'essentiel est que la signalétique remplisse ainsi des fonctions architecturales ayant trait à l'usage. Les suites de 0 et de 1, allusion au code binaire du langage machine, servent à repérer les pièces, ce qui est la moindre des choses, surtout pour un IUT d'informatique ; mais ils servent également à protéger les parties basses des murs des salissures, les étudiants étant moins tentés de poser leurs pieds sur des chiffres. Dans les escaliers, ce chiffrage appliqué sur les contremarches participe au dispositif  d'accessibilité des malvoyants. Les architectes ont pu réaliser la mission mobilier. Un contexte favorable au moment de l'ouverture des plis a permis de dégager un budget de 400 000 euros pour l'aménagement intérieur. Le fait pourra paraître anodin à certains, mais l'on a visité tant d'intérieurs défigurés par l'installation de meubles de type saloon, dénichés dans les catalogues de centrales d'achat de collectivités ! Le meuble ne se détache pas de l'immeuble : ce principe connu depuis la nuit des temps architecturaux est réaffirmé par Olivier Arène. L'associé de 2/3/4 veut faire de ce bâtiment un plaidoyer pour la prise en compte des métiers de la conception, menacés de toutes parts. « Nos maîtres d'ouvrage veulent voir en nous des agences de com' capables de produire du jour au lendemain les images qui pourront séduire les maires, les habitants, les acheteurs de leurs appartements, sans aucun souci du fait constructif ou des usages. Nous avons helvétisé (NDLR : conçus à la façon d'un Suisse) notre architecture pour éviter ces dérives. Le maître d'ouvrage nous a fait ici confiance en nous laissant travailler sur toutes les missions. Notre bureau d'études a aussi été très efficace. » Le plus spectaculaire de l'IUT de Montreuil, c'est la capacité de l'expertise à produire une nouvelle forme d'architecture ordinaire. Le bâtiment s'affirme comme le manifeste silencieux pour le respect de la maîtrise d'œuvre. Espérons qu'il n'en soit pas le chant du cygne



Maîtres d'ouvrages : Université Paris 8. Maître d'Ouvrage Délégué: ICADE

Maîtres d'oeuvres : 2/3/4 Architecture (OLIVIERARÈNE, JEAN-FRANÇOIS PATTE, ÉMILIE SOPENA). ÉQUIPE : E.MARÇAIS, H.ARLIGUI, O. MÉDOT, N.GUILLAUME, F.GLORIOSO, G.TARQUINI –

Entreprises :  BET : INGÉNIEUR CONSEIL, SAS MIZRAHI ; ACOUSTICIEN, LASA ; OPC, CICAD CONSULTANTS ; PAYSAGE, FAUBOURG 2/3/4/, FLORIAN LUNEAU

Surface SHON : RÉALISATION, 4 400 M2 SHON ; RÉHABILITATION, 600 M2 SHON

Cout : CONSTRUCTION + RÉHABILITATION, 9,87 MILLIONS D'EUROS HT

Date de livraison :Septembre 2012

Façade Latérale<br/> Crédit photo : SEPULVEDA Juan Extension Iut<br/> Crédit photo : SEPULVEDA Juan plan masse de l'ensemble<br/> Crédit photo : DR  plan 00 plan 01 Schéma concours Extension Iut Extension Iut Détail façade<br/> Crédit photo : SEPULVEDA Juan Extension Iut Extension Iut

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

La cité-jardin en héritage - 30 logements, Le Vésinet (78) Publié le 02/05/2024

Maître d’ouvrage : OGICMaîtres d’œuvre : Lambert Lénack architectes (Jean-Baptis… [...]

Pierre et bois sur les berges du Rhône - Immeuble de 10 logements et centre d’accueil, Genève Publié le 01/05/2024

[ Maître d’ouvrage : Fondation Nicolas Bogueret – Maître d’œuvre : Atelier Arch… [...]

Îlot ouvert « à la nantaise » - 68 logements collectifs et une maison de santé, Nantes (44) Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Groupe CIF Maîtres d’œuvre : Bourbouze & Graindorge, ar… [...]

Construire le vide - 68 logements, îlot Les Perrières, Nantes (44) Publié le 30/04/2024

[Maîtres d’œuvre : COSA (Benjamin Colboc et Arnaud Sachet), architectes ; Oteis Isate… [...]

Habiter un paysage industriel - 97 logements et un parking-silo, quartier Fives-Cail, Lille (59) Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Ramery Immobilier – Maîtres d’œuvre : ANa, Armand Nouvet… [...]

Paysage d’infrastructures - Îlot Éole-Évangile, Paris 19e Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Linkcity Maîtres d’œuvre : TVK, architectes ; OLM, pays… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…