Les arbres, les architectes et l’école - Écoles maternelle et primaire, La Selle-Craonnaise, Mayenne

Architecte : Huitorel & Morais architectes
Rédigé par Valéry DIDELON
Publié le 03/09/2023

À quelques kilomètres de l’une de ses précédentes réalisations, l’agence Huitorel & Morais vient de terminer un petit groupe scolaire qui complète et ouvre à la fois la structure urbaine d’un village de Mayenne. Les architectes, eux-mêmes installés dans un bourg rural, se seront montrés ici soigneux, engagés et très généreux de leur temps et énergie.

En ville comme à la campagne, l’école au même titre que la mairie et l’église est une institution incarnée dans une architecture. Avec sa cour de récréation plantée de grands arbres et son préau, l’édifice souvent construit pendant la Troisième République est reconnaissable à ses façades sévères. Les verticales dominent et la symétrie témoigne de l’archaïque séparation entre filles et garçons. La composition en plan comme en élévation est à l’image de l’éducation à l’ancienne, un peu raide. Ici, avec son soubassement en pierre, sa façade enduite et grisâtre et ses étroites fenêtres encadrées de briques, l’école primaire de La Selle-Craonnaise ne dénotait pas jusqu’à récemment. Soucieux de la moderniser et de la réunir à l’école maternelle, le conseil municipal a, en 2019, fait le pari de construire un nouvel édifice susceptible de refléter le dynamisme de la commune.


Nouvelle situation

Choisis dans le cadre d’une passation de marché à procédure adaptée, les architectes Gaël Huitorel et Alexandre Morais ont su très rapidement amener les élus à reconsidérer les données du problème. Ils les ont ainsi convaincus de ne pas artificialiser le terrain initialement prévu, mais de construire le nouvel ensemble sur un parking délaissé en lisière du centre-bourg. Idéalement situés en contrebas de l’église et en belvédère sur le terrain de football, les deux bâtiments récemment inaugurés viennent de cette façon renforcer la limite déjà construite du village. Leurs soubassements, qui font office de fondations et de contreventements, ont été réalisés avec des panneaux de béton préfabriqué par une entreprise installée dans le village. Leur implantation en fausse équerre ouvre les salles de classe vers le grand paysage à l’ouest, et délimite au nord la cour de récréation qui se déploie sur deux niveaux, laquelle est bordée par les bâtiments existants abritant la cantine et les activités périscolaires. Alors que le chantier avait déjà démarré, les architectes ont encore su se montrer persuasifs en poussant la commune à acquérir une parcelle supplémentaire à l’est sur laquelle se trouvait une maison en mauvais état. Après sa démolition, a ainsi été dégagé un nouvel accès et espace public qui relie désormais le parvis de l’église à l’école. Ultime rebondissement, le pignon du café communal a été ouvert pour que sa terrasse s’installe dans le passage créé.


Voir ou être vu

Gaël Huitorel et Alexandre Morais ont conçu deux bâtiments très horizontaux, presque entièrement vitrés au sud et à l’ouest, et clos au nord et à l’est par des murs bardés de bois et isolés à l’aide de bottes de paille, ce que révèle une fausse fenêtre à l’entrée de l’établissement. La matérialité est avenante, et la géométrie est précise, d’une grande régularité et simplicité, presque didactique. Portée par de larges portiques en bois, la toiture quasi plate déborde au nord pour former le préau, dont le volume pourrait le cas échéant accueillir une extension de l’école. Les salles de classe sont lumineuses, hautes sous plafond et ventilées naturellement, la générosité des espaces permettant ici de se passer de machinerie. Les enfants sont malheureusement privés de la vue sur la belle campagne avoisinante par l’apposition a posteriori d’un film opaque sur les vitrages, lequel est censé les protéger des regards inopportuns. Malgré leur jeune âge, ils ont par ailleurs été impliqués dans le projet par les architectes qui ont organisé un atelier pour concevoir avec eux les bancs de la cour de récréation. Ils ont ainsi assisté à l’abattage de quelques arbres dans le village, puis à leur sciage et à l’installation du mobilier. Aujourd’hui, ils grandissent dans une école qui les accueille très chaleureusement.

Pour les habitants de La Selle-Craonnaise, ce projet dépasse les espérances tout en restant dans le budget imparti. Outre que les multiples qualités de ce petit équipement inciteront peut-être de jeunes parents à s’installer dans le village, son centre urbain s’en trouve d’ores et déjà entièrement requalifié. Les architectes ont su de facto décupler les effets d’une intervention qui demeure modeste sur le papier. Ils l’ont fait en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés, petits et grands, et en s’investissant eux-mêmes peut-être au-delà du raisonnable dans ce projet finalement bien peu ordinaire



Maîtrise d’œuvre : Huitorel & Morais architectes ; cheffe de projet : Jade Barreteau – 

Maîtrise d’ouvrage : commune de La Selle-Craonnaise (53) 

BET : structure et charpente, Racine BE ; fluides et thermique, Thalem Ingénierie ; acoustique, Acoustibel – 

Entreprises : gros œuvre, Sabin bâtiment ; charpente, isolation et bardage, Scob ; couverture, Paumard ; menuiseries extérieures, Chabrun 

Surface de plancher : 444 m2 – Coût : 1 million d’euros HT (hors espaces extérieurs) 

Calendrier : 2019-2023

Huitorel Morais<br/> Crédit photo : Guesdon Simon Huitorel Morais<br/> Crédit photo : Guesdon Simon Huitorel Morais<br/> Crédit photo : Guesdon Simon

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

La cité-jardin en héritage - 30 logements, Le Vésinet (78) Publié le 02/05/2024

Maître d’ouvrage : OGICMaîtres d’œuvre : Lambert Lénack architectes (Jean-Baptis… [...]

Pierre et bois sur les berges du Rhône - Immeuble de 10 logements et centre d’accueil, Genève Publié le 01/05/2024

[ Maître d’ouvrage : Fondation Nicolas Bogueret – Maître d’œuvre : Atelier Arch… [...]

Îlot ouvert « à la nantaise » - 68 logements collectifs et une maison de santé, Nantes (44) Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Groupe CIF Maîtres d’œuvre : Bourbouze & Graindorge, ar… [...]

Construire le vide - 68 logements, îlot Les Perrières, Nantes (44) Publié le 30/04/2024

[Maîtres d’œuvre : COSA (Benjamin Colboc et Arnaud Sachet), architectes ; Oteis Isate… [...]

Habiter un paysage industriel - 97 logements et un parking-silo, quartier Fives-Cail, Lille (59) Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Ramery Immobilier – Maîtres d’œuvre : ANa, Armand Nouvet… [...]

Paysage d’infrastructures - Îlot Éole-Évangile, Paris 19e Publié le 30/04/2024

Maître d’ouvrage : Linkcity Maîtres d’œuvre : TVK, architectes ; OLM, pays… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…