MBL architectes : MBL, l'opportune

Rédigé par Frédéric MARTINET
Publié le 06/09/2022

Portrait MBL

Article paru dans d'A n°301

2022 est l’année de la révélation pour l’agence MBL. Lauréate du projet de transformation du siège de l’aPhP aux côtés de Dominique Perrault, h2o et Nicolas Dorval-Bory, elle est également mise à l’honneur dans l’exposition « impasse des Lilas », présentée dans la grande galerie d’arc en rêve du 19 mai au 28 septembre 2022. Au milieu des 100 œuvres présentées, l’agence ne dévoile qu’une part infime de sa production architecturale, estimant avec humilité que chaque projet pris individuellement ne constitue pas une œuvre, mais que sa pensée s’explore dans la totalité en effaçant toute forme de hiérarchie. Pour autant, il s’avère intéressant de retracer ce parcours en y instaurant une chronologie.

Pour comprendre l’agence MBL, il faut quitter Paris, prendre un train de nuit, louer une voiture et s’aventurer avec Sébastien Martinez-Barat et Benjamin Lafore dans une production protéiforme, plus connue pour sa pensée périphérique à l’architecture que sa production elle-même. Et pour cause, c’est une agence qui, tout en étant boulimique, prend son temps, choisit ses causes et construit son parcours en dehors des schémas habituels des architectes de leur génération. Leurs parcours commencent dans l’ancienne région Midi-Pyrénées. Sébastien Martinez-Barat grandit pendant ses quinze premières années dans les montagnes de l’Ariège, dans un climat rugueux, avant de rejoindre la banlieue toulousaine et d’investir une maison dans une impasse. De son côté, Benjamin Lafore expérimente un lotissement cossu dans les paysages vallonnés et presque toscans du Lauragais. Tous deux se retrouvent à l’École d’architecture de Toulouse, en 2001. L’adhésion entre eux est immédiate. Ils ne se quitteront plus, partageant tout. Ils passent leurs week-ends d’étudiants à déambuler en voiture dans la nappe pavillonnaire, et non sans une certaine gourmandise. Mais un peu à l’étroit dans le cadre convenu d’une école et d’une métropole dont ils ont l’impression d’avoir fait le tour, ils décident de quitter la Ville rose pour la Ville Lumière et l’École d’architecture de Paris-Malaquais. La découverte pour deux jeunes provinciaux de la vie parisienne fait forcément écho à des personnages de Balzac, mais leur envie n’est pas tant la réussite sociale que la soif d’autre chose. En 2003, ils rencontrent Wim Cuyvers, qui enseigne le projet d’architecture; une étape décisive dans leur pensée de l’architecture, une architecture sans testostérone, diffuse, omnidirectionnelle, mais échappant aux codes habituels des grilles de lecture. Un voyage d’étude en Albanie avec cet enseignant en 2004 finira d’ancrer les obsessions naissantes de Sébastien Martinez-Barat et Benjamin Lafore. (...)

Les articles récents dans Parcours

h2o Architectes : Création et patrimoine Publié le 05/05/2022

h2o architectes et Eugène sont deux agences en une qui multiplient les projets d’ampleur à tra… [...]

Collet Muller Architectes : Une œuvre parallèle Publié le 28/03/2022

Trentenaire engagé dans son temps, Antoine Collet vient de livrer une opération de logements d… [...]

Atelier Régis Roudil : Renouer des liens avec le terroir Publié le 22/02/2022

Régis Roudil aborde chaque projet avec humilité mais beaucoup de conviction. la clarté et la s… [...]

NRAU : Une question d'équilibre Publié le 06/12/2021

Nicolas Reymond a décroché toutes les récompenses convoitées lorsqu’on est jeune architecte … [...]

MUZ Architecture : Les Arpenteurs Publié le 16/11/2021

Les deux architectes ont été élevés avec un crayon dans la main. Leur curiosité, la chance et l… [...]

TACT : L’hospitalité inconditionnelle Publié le 18/10/2021

Chez nombre d’architectes, convictions vacillantes et belles paroles se heurtent souvent à la… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
35   01 02 03 04
3605 06 07 08 09 10 11
3712 13 14 15 16 17 18
3819 20 21 22 23 24 25
3926 27 28 29 30   

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…