Ateliers partagés et autonomes de recherche, production et diffusion en art contemporain, Sergy.

Architecte : ACTM
Rédigé par les architectes
Publié le 22/02/2022

Ce qui frappe en arrivant c’est ce toit immense qui émerge derrière les arbres. Léger comme une feuille de papier, il semble flotter au-dessus du sol. Il n’y a pas de mur à son aplomb, comme une invitation à entrer sous son couvert. L’espace qu’il abrite est ouvert et lumineux. Le paysage le traverse, effaçant les seuils pour combiner autrement intérieur et extérieur. Est-on dedans ou dehors ? Dans l’intimité du foyer ou dans un espace public ? On se sent accueilli et bienvenu, au même titre que les oiseaux qui nichent dans la charpente. 

 

Cette générosité se retrouve dans la hauteur des espaces et l’ampleur des volumes disponibles. Le corps n’est pas contraint. Il y a quelque chose de surprenant dans l’évidence de ce lieu où pourtant rien n’est habituel. La couverture est en partie transparente et la charpente lointaine forme quasiment un autre ciel. Il n’y a pas de porte. Le sol lisse glisse sous nos pieds pour nous emmener d’un bout à l’autre de l’édifice. Les parcours ne sont pas figés. On peut rentrer d’un côté et sortir de l’autre sans gêne.

 

La distribution des espaces familiaux et des espaces communs transforme nos habitudes. Quand on observe les enfants qui vivent ici, ils passent de l’un à l’autre sans distinction, profitant d’une succession de strates entre intime et collectif, pour agrémenter leurs jeux. De la même manière qu’il y a une succession de seuil entre dedans et dehors, il y a une épaisseur d’usage entre les espaces. Les fonctions s’entremêlent pour proposer une vie complexe où l’on habite et travaille de façon croisée. Cette diversité d’ambiance est surprenante à observer dans ce bâtiment où le parti pris constructif se déploie d’un bout à l’autre de façon systématique.   

 

La construction a une dimension tectonique presque élémentaire. Elle est pensée comme une succession de gestes et d’ouvrages. Les éléments sont empilés les uns sur les autres. Il se dégage une ambiance chaleureuse de ces matériaux qui dialoguent entre eux, à la fois de façon brute et charnelle. L’ombre portée des fermettes vibre à la surface rugueuse des murs de briques. La stabilité des portiques en béton fait ressortir la fragilité de la charpente. La nature se réfléchit dans le cadre des fenêtres, posées comme des tableaux sur l’aplat mat des façades. L’enchâssement des volumes génère des paysages intérieurs inattendus où la nature s’invite de toute part. Les jeux de contraste entre ombre et lumière, espace haut et espace bas, créent une spatialité riche et complexe qui évolue au fil de la journée. 

 

Les proportions de l’ouvrage et sa simplicité lui confèrent une dimension abstraite. Cette abstraction agit comme un ouvroir des possibles. Les fonctions ne sont pas figées. Il y a une force dans l’indétermination des usages, qui imprécis et flottant, stimulent l’inattendu. Ils semblent pouvoir être tout à la fois, lieux de travail, de détente, de jeux ou de spectacle. La confiance dans la vie à venir, qui prendra des formes dont nous ne savons rien, est peut-être la clé intuitive de ce projet. C’est un espace qui ne détermine pas des fonctions, des usages, des temporalités ni par conséquence des rôles sociaux ou familiaux, mais offre avant tout un milieu. Il ne cadre pas, il libère l’imaginaire. 

 

Il ne fait pas de doute que la capacité d’émancipation qui émane de ce lieu est le reflet de la collaboration longue et soignée qu’il y eut entre tous les acteurs du projet pour l’inventer, le mettre au point et le construire. Chacun à sa manière a élargi son rôle pour anticiper, accompagner et prendre part à la réflexion collective. Habitants, usagers, architectes et artisans ont œuvré ensemble dès les prémisses du projet pour rendre possible sa réalisation. Quand on le visite, on est frappé par les multiples attentions qui constituent l’espace, et par le soin de mise en œuvre dont il fait preuve. On peut percevoir les traces de toutes les mains qui l’ont bâti, comme si chaque surface avait été caressée mainte fois. Et pour celles et ceux qui ont participé au chantier, chaque ouvrage évoque un visage. 

 

La construction demeure un processus en cours, un horizon toujours inachevé où chacune, chacun se révèle tour à tour usager et plombier, programmateur et électricien et ainsi maître d’œuvre, véritablement, du long fleuve (in)tranquille de sa vie. Le lieu a été habité bien avant d’être construit. Chaque étape du chantier constituait déjà un monde en soi, annonciateur en creux de toutes les suites possibles. La participation des habitants à chacune de ces étapes, leur prise en charge de tous les sujets, du notarié à la réalisation, offre la possibilité rare de prendre soin du site, de l’entretenir, d’en affiner la définition et de le réparer chaque fois que cela sera nécessaire. C’est un lieu vivant, capable d’évoluer et de s’adapter pour accueillir sereinement la vie à venir.

 

 

 

Contrepoint 1

 

Un jour lors d’une discutions, nous avons dessiné au feutre, sur la photo d’un magazine, une perspective intérieure où l’on voyait une grande ouverture sur deux niveaux. Le haut de la fenêtre regardait le ciel tandis que le bas plus pincé limitait les vis-à-vis vers le jardin. Lorsque nous avons réalisé une modélisation de la lumière dans le bâtiment, nous nous sommes rendus compte que les ateliers manquaient de luminosité. Par ailleurs, ce système obligeait à réaliser des chainages décalés entre les niveaux. La fenêtre s’est simplifiée, elle est devenue rectangulaire. Le vitrage du haut s’est décalé au nu extérieur du mur tandis que la porte en partie basse rentrait dans le nu intérieur. Diviser la fenêtre en deux simplifiait le transport et la pose. Un volet à claustra a été ajouté pour protéger la pièce des effractions et pour filtrer les vues. Fermé, il donne un aspect magique à la fenêtre. 



Maîtres d'ouvrages : SCI BERMUDA & ASSOCIÉS
Maîtres d'oeuvres : ACTM - SECOBA - ENA
Entreprises : SECA - CIFC - ABRI BOIS - PHILIBERT - ASTEOELEC
Surface SDP : 820m2
Coût : 850 000 euros
Date de livraison : 2021

Entrée<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Chantier<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Maquette 500e<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Arrière<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Entrée<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Terrasse entrée<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Hall central<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Soudure<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Cuisine<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Intérieur<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Détail<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Détail<br/> Crédit photo : ROBERT Guillaume Coupe détaillée de la paroi<br/> Crédit photo : ACTM Atelier d'architecture Coupe détaillée transversale<br/> Crédit photo : ACTM Atelier d'architecture Plan RDC<br/> Crédit photo : ACTM Atelier d'architecture Axonométrie éclatée<br/> Crédit photo : ACTM Atelier d'architecture

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

Groupe scolaire Simone Veil, Villejuif Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Ville de VillejuifMaîtres d'oeuvres :  Dominique Coulon … [...]

Groupe scolaire du Moulon, Gif sur Yvette - plateau Saclay Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Établissement Public Paris Saclay (EPAPS)Maîtres d'oeuvres : … [...]

Sciences Po, Hôtel de l'Artillerie, Paris Publié le 24/04/2022

Maîtres d'ouvrages : La Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP)Maîtres d'oeuvres :… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
3101 02 03 04 05 06 07
3208 09 10 11 12 13 14
3315 16 17 18 19 20 21
3422 23 24 25 26 27 28
3529 30 31     

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…