N° 251 - Mars 2017

Habiter ou être hébergé ?

Et si notre volonté de garantir au logement le maximum de confort, de sécurité et de durabilité était le moyen le plus pervers pour en exclure les plus démunis ? L’inflation réglementaire requise par cette exponentielle exigence d’efficience – et ce au nom d’une indignation faisant l’économie d’une véritable pensée –, est souvent l’un des principaux obstacles auxquels se heurtent ceux qui cherchent des solutions pour offrir un toit à ceux qui en ont besoin de toute urgence. La norme serait-elle devenue l’outil privilégié des politiques d’exclusion sociale ?
Nous avons ce mois-ci laissé la parole à des architectes engagés au sein d’associations. Ils se penchent sur le sort de ceux – pauvres, immigrés, réfugiés – qui hantent les bordures des voies express ou des friches ferroviaires sous l’abri précaire des ponts ou des baraquements. Aux lieux d’hébergement officiels, sécurisés et encadrés, ces architectes opposent un pragmatisme qui s’élabore d’abord avec les femmes et les hommes qui vont y vivre, qu’il s’agisse ou non d’autoconstruction. Si héberger relève de solutions techniques – financières, réglementaires et constructives –, habiter requiert, même dans la plus extrême frugalité, une approche plus subtile. Une méthode faite de dialogue et d’invention où l’architecture n’est pas sans légitimité.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» HARDEL + LE BIHAN, La juste mesure des choses

Photographes

» Myr Muratet, géographe de la survie

Points de vue / Expos

» Régulariser l’informel
» Une brève histoire de l’isolation (5/10)
» Architectes et paysagistes : une mutation engagée

Concours

» Dessine-moi une façade - Concours pour l’extension de l’INA

Le dossier du mois

» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - Héberger plutôt que loger, une nouvelle norme de pensée ?
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - I. La norme comme politique d’exclusion - Du foyer à la « résidence sociale »
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - I. La norme comme politique d’exclusion - De l’invisibilité des réfugiés syriens : le rôle des États en France et au Liban
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - Co-construire dans les bidonvilles à Marne-la-Vallée
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - À Berlin, la Maison des Statistiques devient un projet social et artistique
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - À Paris, les « Grands Voisins », un laboratoire urbain et solidaire
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - « Inclusive Neutrality », une proposition pour réinventer le bidonville de Dharavi
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - Aux Pays-Bas, un centre pour demandeurs d’asile comme un quartier de maisons
» Loger le pauvre, l’immigré, le demandeur d’asile - II. Au-delà des normes ? - Mise en sécurité du foyer des Sorins à Montreuil

Innovations

» Vitrage électrochrome : la promesse d’un habitat tempéré

Les produits de la rédaction

» DESIGN - Design actif - Interview de l’architecte Pierre de Montigny
» PRODUITS UTILES - Classique désormais nomade
» PRODUITS UTILES - Parquets revisités
» PRODUITS UTILES - Le dos rond
» TECHNIQUES - Façades en mouvement - Dynamiques et multimatériaux pour bâtiments multifonctions

Questions pro

» Le droit d’auteur des architectes (suite et fin)

Réalisations

Publiés par d'a

» L’Elbphilharmonie de Hambourg
» Éloge du vide, Conservatoire national, Vanves
» Boîte noire / cube blanc, Centre de création contemporaine Olivier-Debré, Tours
» Structure équipée, Le Lieu de vie, Saclay

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…