O-S, En quête d’indépendance

Rédigé par Maryse QUINTON
Publié le 29/06/2017

Article paru dans le d'A n°255

2017 est une année importante dans l’histoire des Ateliers O-S architectes. L’agence – disons simplement O-S – fête ses 10 ans et emménage dans de nouveaux locaux. Gaël Le Nouëne vient d’avoir 40 ans, Vincent Baur et Guillaume Colboc le suivent de près. O-S comme Operating System, Open Source, Os (l’osmium, un métal platinoïde) ou Ouvrier Spécialisé, et encore beaucoup d’autres choses. De quoi illustrer la manière dont le trio envisage sa pratique, façon groupe de rock où, peu importe qui fait quoi, seul compte le résultat final.

Chacun se souvient de ce qu’il faisait le 11 septembre 2001. En cette rentrée universitaire, les routes de Vincent Baur, Guillaume Colboc et Gaël Le Nouëne se croisent sur les bancs de la Technische Universiteit de Delft. L’engouement international pour l’école hollandaise est alors à son paroxysme. OMA, MVRDV, West 8 ou UNStudio sont les nouveaux héros, Bart Lootsma vient de publier son SuperDutch. Le détour par les Pays-Bas s’impose, passage obligé pour tout étudiant-architecte. Guillaume Colboc et Gaël Le Nouëne se sont d’abord connus à l’école de Paris-Belleville et c’est ensemble qu’ils décident d’aller à Delft, happés par des envies d’ailleurs. À la TU, dans les murs de Van den Broek et de Bakema, ils rencontrent Vincent Baur. Dans le pub du campus, ils découvrent en direct les images apocalyptiques des tours enflammées du World Trade Center. Nouvelle école, nouveau pays, et un monde qui bascule : de quoi forger les solides bases d’une rencontre qui sonne rétrospectivement comme une évidence. « L’idée de s’associer a germé assez vite. Il y avait à Delft une dynamique forte que nous ne connaissions pas en France. 2001 est une année marquante pour l’agence. À la fois celle de notre rencontre et de la découverte de l’architecture hollandaise : une vraie claque. Cette expérience a eu et a encore une influence forte sur notre production aujourd’hui. » Gaël et Guillaume profiteront de cette escapade pour passer quelques mois chez OMA, qui n’était alors pas la machine de guerre qu’elle est devenue. « C’était encore un peu chaotique à cette époque et donc très intéressant pour nous d’y passer à ce moment-là. On pouvait être stagiaire et avoir des responsabilités : un laboratoire ouvert où tout le monde proposait des idées. » Vincent travaille quant à lui chez West 8, l’occasion de découvrir l’espace public sauce hollandaise, libre et décomplexé. En 2002, retour au bercail et soutenances des diplômes pour Vincent et Gaël. Guillaume, parti très tôt vers l’enseignement, passera son diplôme plus tard. Tous trois travaillent en agence (Nicolas Michelin, Brigitte Métra, Christian Devillers…) et mènent en parallèle des collaborations communes. Ils participent à des concours d’idées et des festivals de microarchitecture ou de design. On se souvient notamment de leur installation sur le mur aveugle des Magasins généraux avant qu’ils ne soient transformés par Jakob et MacFarlane : une « perruque » orange faite de tubes de chantier à l’occasion du Festival des architectures vives en 2006 : « Notre premier projet construit! » C’est avec déférence qu’ils évoquent leurs différents passages en agence : « Des rencontres importantes et formatrices pour chacun de nous et pour ce qu’est O-S aujourd’hui. Toutes ces expériences ont nourri notre approche du projet. »



L’AUTONOMIE EN LIGNE DE MIRE

Leur association est officiellement actée en 2007. L’agence compte aujourd’hui une douzaine de personnes, eux compris. Comme beaucoup d’autres, ils ont démarré en vivant de perspectives de concours réalisées pour les autres : « Une activité rentable pour acquérir l’autonomie financière mais qui permet aussi de développer des outils efficaces pour soi. Aujourd’hui, nous produisons nos propres images. C’est très important pour nous d’avoir la maîtrise des outils de production. Dans nos nouveaux locaux, nous aimerions investir dans des machines pour être autonomes sur les maquettes. On tient à garder notre indépendance, à éviter la sous-traitance, à faire tout ce qui est possible en interne pour maîtriser le maximum de choses. À terme, l’économie et le pilotage de chantier sont des qualifications qu’on aimerait réintégrer à l’agence. » Fraîchement associés, ils remportent un premier appel d’offres pour la réalisation de 14 logements sociaux à Athis-Mons. Le projet ne se fera pas mais leur offre une première référence dans le logement. « Nous avons eu de la chance dans le timing. Nous avons profité de l’avant-crise de 2008. » Pour autant, le hasard ne fait pas tout. Loin de se focaliser sur la capitale où ils n’ont d’ailleurs jamais construit, ils sont allés candidater à Nevers, à Dijon ou à Chalon-sur-Saône, auprès de maîtres d’ouvrage qui leur ont fait confiance. « Si nous étions restés à Paris, nous n’aurions pas construit tous ces bâtiments ». De fait, la carte de localisation de leurs projets dit beaucoup de cette démarche et d’une production assez étoffée pour leur âge. Des logements mais aussi des équipements culturels, sportifs, souvent plus durs à décrocher. « Nous avons très vite réussi à diversifier notre activité. C’était un pari pour les maîtres d’ouvrage de nous choisir. Mais il y avait alors bien moins de candidatures par appel d’offres. C’est beaucoup plus difficile aujourd’hui. »



JUSQU’AU-BOUTISTES

Vincent Baur, Guillaume Colboc et Gaël Le Nouëne ne travaillent pas à trois par hasard. Pour eux, c’est un moteur, même une façon de penser l’architecture. « Nous développons les projets à travers l’image et la maquette. Ce sont deux outils très importants dans notre production au quotidien qui nous permettent de tester beaucoup de choses, rapidement. » L’excès de scénarios, le foisonnement de propositions pour mieux arriver à l’essentiel : une manière de faire circuler les idées acquises aux Pays-Bas. « Il a fallu quelques concours pour apprendre à travailler à trois. Ce n’est pas venu tout seul! On passe beaucoup de temps ensemble, on fait en sorte de savoir tout de ce qui se passe à l’agence. Ça prend du temps mais cela permet de prendre de bonnes décisions. Nous sommes à 90 % du temps d’accord. Répondre à un concours ne se fait d’ailleurs pas dans la confrontation d’un choix contre un autre mais procède d’un travail analytique. Il y a une objectivisation qui se crée dans le débat et le travail. Chaque projet est l’aboutissement de décisions collégiales à toutes les étapes. » Cette volonté de maîtrise qui caractérise le trio s’exprime aussi sur le chantier, dans les détails qui leur tiennent à cœur. « On ne lâche pas! Être trois permet aussi d’avoir l’énergie de tenir jusqu’au bout. » De fait, ils ont essentiellement travaillé en commande publique, un peu effrayés par l’idée d’être dépossédés de leurs chantiers, mais aussi parce qu’ils revendiquent un certain sens de l’intérêt public. Ainsi, le pôle culturel qu’ils ont livré à SaintGermain-lès-Arpajon en 2015 synthétise-t-il toutes leurs préoccupations architecturales. « Volupté des espaces et rigueur paramilitaire des façades », résume Rudy Ricciotti dans l’ouvrage1 consacré au projet. Pour eux : « Un bâtiment référence pour l’agence en termes d’échelle, de programme mais aussi des sujets qui nous semblent être révélateurs de ce qu’on essaye de faire. » À savoir la relation à la topographie, l’idée du ruban programmatique, la notion de parcours dans le bâtiment qu’ils essayent systématiquement de mettre en place, le souci inconditionnel du détail. Un bâtiment à leur image en quelque sorte, qui impose avec force son honnêteté constructive sans avoir besoin de gesticuler.


1. Comme un boomerang, Ateliers O-S architectes, Cyrille Weiner, Le Gac Press, 2015.


CHRONOLOGIE :

1977 Naissance de Gaël Le Nouëne.

1978 Naissance de Vincent Baur et Guillaume Colboc.

2001 Rencontre des trois associés à la TU de Delft.

2002 Premières collaborations (concours d’idées, festivals d’architecture et de design).

2007 Création de O-S architectes à Paris.

2011 Nomination au prix de la Première Œuvre avec les 39 logements de Chalon-sur-Saône.

2015 Livraison du pôle culturel de Saint-Germain-lès-Arpajon.



GYMNASE SCOLAIRE DES BORDS DE SEINE (ASNIÈRES-SUR-SEINE)

Cet équipement sportif s’inscrit dans une opération de mutation d’un site industriel en site urbain mixte. O-S s’est appuyé sur l’idée d’une sculpture urbaine attractive au service de ce quartier en renouvellement. Compact et massif, le bâtiment se connecte à la rue par une faille lumineuse au rez-de-chaussée. La commande comportait également un volet paysager conséquent afin d’ancrer le projet dans son contexte. Réalisé en structure bois, le gymnase abrite un terrain multisport qui va chercher la lumière au nord et zénithalement par un travail de coupe. Il est enveloppé d’une peau métallique animée par des jeux de lumière graphiques qui affirment sa vocation, celle d’un équipement de quartier aisément identifiable.


[ Maître d’ouvrage :Ville d’Asnières-sur-Seine – BET fluides : Bethac – BET structure : EVP – Économiste : MDETC – Paysagiste : Ateliers Paysage et Lumière – SHON : 1 001 m2 – Coût : 1,68 million d’euros HT (gymnase) + 1,25 million d’euros HT (aménagements extérieurs) – Livraison : septembre 2013 ]



38 LOGEMENTS INTERMÉDIAIRES (CHARLEVILLE-MÉZIÈRES)

Le contexte est celui d’une opération de renouvellement urbain dans un environnement hétéroclite à Charleville-Mézières, juxtaposant pavillons et habitations collectives. Pour requalifier le quartier, ils ont imaginé un projet à la densité partagée, réparti en trois îlots. Les 38 logements s’organisent en « maisonnée » par la superposition de deux appartements bénéficiant d’accès indépendants. L’ensemble bénéficie ainsi de quatre « vraies » façades et d’une intériorité en cœur de parcelle défendues par les architectes. La densité mise en œuvre ménage une perméabilité visuelle nord/sud, cherchant à qualifier la parcelle dans sa profondeur. Un travail sur les menuiseries renforce cette recherche de domesticité.


[ Maître d’ouvrage : Habitat 08 – BET TCE : Egis – Shon : 3 583 m2 – Coût : 3,59 millions d’euros HT – Livraison : 2016 ]



20 LOGEMENTS BBC PLUS-PLAI (DIJON)

Quatorze appartements dans un volume à R + 3 et six maisons de ville en bande à l’intérieur de la parcelle composent cette opération de logements située à Dijon. Une manière de respecter le rythme urbain du quartier environnant, tout comme le choix d’un béton blanc texturé renvoie aux murs de clôture existants. O-S a travaillé avec des prémurs isolés. Cette préfabrication a permis un gain de temps et une anticipation du contrôle du chantier en amont. Les architectes proposent ici des typologies soignées. Les situations d’angle sont notamment mises en valeur par de belles menuiseries bois, malgré un budget serré. L’économie est d’ailleurs au cœur de ce projet. Le choix constructif de la préfabrication a ainsi permis d’offrir des prestations qualitatives comme du parquet en bois massif dans les parties communes des appartements ou des maisons en duplex avec patios.


[ Maître d’ouvrage : Logivie – BET TCE : Euclid – Économiste : ICTEC – Shon : 1 560 m2 – Coût : 1,895 million d’euros HT – Livraison : octobre 2015 ]



PÔLE CULTUREL (SAINT-GERMAIN-LÈS-ARPAJON)

Jalon important dans la production d’Ateliers O-S, ce pôle culturel synthétise l’ensemble de leurs préoccupations architecturales. Sur un site complexe doté d’un fort potentiel avec ses 6 mètres de dénivelé, le trio a pu donner naissance à cette « monumentalité tranquille » recherchée pour un équipement public. Le programme comprend une bibliothèque ainsi qu’une école de musique et de danse, jusqu’alors abrités à l’étroit dans différents locaux de la commune. Face à la vallée de l’Orge, le bâtiment s’encastre dans la pente, scindé en son cœur par une faille : « un espace vide qui organise le plein ». Une structure mixte acierbéton réalise le porte-à-faux et le niveau de la médiathèque. Les façades alternent bardage bronze, panneaux vitrés transparents, sérigraphiés ou opaques. Par sa volumétrie et son implantation, le pôle culturel offre ainsi une nouvelle centralité à l’échelle de la ville.


[ Maître d’ouvrage : Ville de Saint-Germain-lès-Arpajon – BET fluides/HQE : CFERM – BET structure : C&E – Paysagiste : OLM – Économiste : MDETC – Acousticien : ORFEA – Shon : 2 113 m2 – Coût : 5,28 millions d’euros HT – Livraison : avril 2014 ]



PARC-RELAIS ET GARE DE BUS DU MÉTRO (RENNES)

Rennes, plus petite ville au monde à avoir fait le choix du métro, est actuellement en plein chantier avec la réalisation de sa deuxième ligne qui sera mise en service en 2020. Elle reliera Saint-Jacques-de-la-Lande et Cesson-Viasilva, où O-S a été retenu pour réaliser un parc-relais de 800 places ainsi que la gare-bus du métro. Leur proposition joue sur une dualité entre une colonnade de béton en partie inférieure (gare de bus) et un ruban de lame de verre en partie haute. Thème clé du projet, le contraste joue entre massivité et légèreté, opacité et transparence. Traité comme un volume autonome, le bâtiment d’accueil fonctionne comme un signal à l’échelle de l’usager.


[ Maître d’ouvrage : SEMTCAR Rennes – Ingénierie structure : EVP – BET fluides/ électricité : YAC – Économiste : ICTEC – VRD : 2LM – Signalétique : Atelier 59 – Shon : 32 000 m2 – Coût : 12 millions d’euros HT – Livraison : 2018 ]



ATELIERS O-S SOUMIS À LA QUESTION



VOTRE PREMIER SOUVENIR D’ARCHITECTURE ?

VB : La Cité radieuse.

GC : La maison où j’ai grandi.

GLN : La jetée du port de Calais, une ville où j’ai grandi.

 

QUE SONT DEVENUS VOS RÊVES D’ÉTUDIANT ?

Ils sont toujours là.

 

À QUOI SERT L’ARCHITECTURE ?

À s’engager, à émouvoir et à responsabiliser.

 

QUELLE EST LA QUALITÉ ESSENTIELLE POUR UN ARCHITECTE ?

Le regard, l’écoute et la générosité.

 

QUEL EST LE PIRE DÉFAUT CHEZ UN ARCHITECTE ?

La paranoïa, l’enfermement et la générosité.

 

QUEL EST LE VÔTRE ?

La générosité.

 

QUEL EST LE PIRE CAUCHEMAR POUR UN ARCHITECTE ?

Faire une maison pour sa mère.

 

QUELLE EST LA COMMANDE À LAQUELLE VOUS RÊVEZ LE PLUS ?

VB : Un projet dans la ville où nous vivons et travaillons : Paris.

GC : Une cabane de pêcheur.

GLN : Un lieu de recueillement, de mémoire.

 

QUELS ARCHITECTES ADMIREZ-VOUS LE PLUS ?

VB : Álvaro Siza.

GC : Josep Antoni Coderch.

GLN : Lina Bo Bardi.

 

QUELLE EST L’ŒUVRE CONSTRUITE QUE VOUS PRÉFÉREZ ?

VB : L’église réalisée par Álvaro Siza à Marco de Canaveses.

GC : Le Linnahall de Tallinn (Estonie).

GLN : Le mémorial des Martyrs de la Déportation de Georges-Henri Pingusson.

 

CITEZ UN OU PLUSIEURS ARCHITECTES QUE VOUS TROUVEZ SURFAITS.

Ceux que l’envie a quittés.

 

UNE ŒUVRE ARTISTIQUE A-T-ELLE PLUS PARTICULIÈREMENT INFLUENCÉ VOTRE TRAVAIL ?

L’atelier de Van Lieshout dans le port de Rotterdam : AVL city, une œuvre globale à la fois coopérative, artistique, économique et sociale.

 

QUEL EST LE DERNIER LIVRE QUI VOUS A MARQUÉ ?

VB : Du bon usage de la lenteur de Pierre Sansot.

GC : La Conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole.

GLN : Lipstick Traces de Greil Marcus.

 

QU’EMMÈNERIEZ-VOUS SUR UNE ÎLE DÉSERTE ?

VB : Une canne à pêche.

GC : Une guitare.

GLN : Une planche de surf.

 

VOTRE VILLE PRÉFÉRÉE ?

Rotterdam.

 

LE MÉTIER D’ARCHITECTE EST-IL ENVIABLE EN 2017 ?

Il l’a toujours été.

 

SI VOUS N’ÉTIEZ PAS ARCHITECTE, QU’AURIEZ-VOUS AIMÉ FAIRE ?

Cuisinier.

 

QUE DÉFENDEZ-VOUS ?

Le dialogue


Lisez la suite de cet article dans : N° 255 - Juillet 2017

Les articles récents dans Parcours

Sophie Delhay - Mathématiques du logement social Publié le 01/05/2020

Sophie Delhay est maintenant clairement identifiée dans le paysage architectural français.… [...]

Fala Atelier - Architectes sans modération Publié le 31/03/2020

Que recèle donc le phénomène « Fala Atelier » ? Des esprits et des estomacs… [...]

Raphaël Gabrion - Défendre une critique noble au quotidien Publié le 02/03/2020

« L’architecture n’est pas un slogan publicitaire », affirme Raphaël Gabrion, qui… [...]

NP2F : L’architecture sans ombre Publié le 13/12/2019

NP2F : non, ce n’est pas une énième équipe belge qui se cache derrière cet acronyme qui peut… [...]

Petitdidierprioux De la masse, extraire des singularités Publié le 15/11/2019

En 2019, l’architecture a-t-elle encore une place dans la production bâtie ? Oui, semblent… [...]

Agence Pace Régionalisme familial Publié le 08/10/2019

Père et fils, Giovanni et Hugo Pace codirigent l’agence familiale basée à Reims en Champagne.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
27  01 02 03 04 05
2806 07 08 09 10 11 12
2913 14 15 16 17 18 19
3020 21 22 23 24 25 26
3127 28 29 30 31   

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…