Une brève histoire de l'isolation (1/10)

Rédigé par Hubert LEMPEREUR
Publié le 02/09/2016

Article paru dans le d'A n°247

Alors qu’une nouvelle ère s’annonce aujourd’hui, dans laquelle il est question de clore encore plus et mieux les parois et les fenêtres, il semble qu’il y aurait quelque intérêt, sinon urgence, à faire l’histoire de l’isolation. Une histoire qui rencontre tout à la fois celles du chauffage, de la climatisation et de la ventilation, et aussi celle de leur effet matériel et typologique sur l’architecture. C’est à l’esquisse de cette histoire et de ses possibles que nous nous appliquerons dans les numéros à venir de d’a, en évoquant quelques moments, personnages, tentatives et dispositifs clés de la naissance et du règne de l’isolation, tout en essayant, comme il est d’usage dans un feuilleton, de ménager, de-ci de-là, quelques fausses pistes et rebondissements.


Au début du parcours, plutôt que des murs épais ou du polystyrène, l’on trouvera le verre. Du premier isoloir électrique de 1783 au triple vitrage, en passant par les galeries des phalanstères ou par le mur-rideau de l’Armée du salut et la « chaîne de verre » germaniste, il est le matériau de l’isolation par excellence, il en accompagne les rêves et les contradictions. Nous consulterons ensuite les manuels d’architecture et de construction, ainsi que les revues professionnelles, remplies, dès l’entre-deux-guerres, de publicités vantant des matériaux présentés comme isolants acoustiques et thermiques. Nous succomberons à une fascination coupable devant la façon dont Le Corbusier, encore, et ses douteuses fréquentations, les docteurs Winter, Carrel, et l’ingénieur André Missenard, penseront mettre de l’ordre dans ce vaste et productif fourre-tout. Nous interrogerons alors les objectifs de la Reconstruction et des Trente glorieuses, qui, pour avoir parfois donné existence à des « passoires thermiques », suivant l’expression consacrée, n’en relevaient pas moins d’une logique énergétique et matérielle incontestablement cohérente. Pris de doutes, nous prendrons la route, en particulier vers le Nouveau-Mexique, mais pas seulement, pour chercher la voie de l’autonomie et de la libération. De retour, désormais condamnés à nous assumer sur un mode « socialiste-conservateur-libéral » suivant le programme de Leszek Kolakowski, mais pas résignés, nous nous accablerons des politiques publiques françaises, de leur caractère aussi incantatoire que technocratique et contre-productif. Pour faire bonne mesure, nous nous gausserons du rejet violent de l’ITE qui se manifeste désormais ouvertement outre-Rhin, au moment même où l’on imagine massifier en France les procédés et produits développés là-bas durant des décennies. Et, enfin, nous lorgnerons sur des pratiques exotiques (en particulier translémaniques), susceptibles de redonner un peu de candeur et d’espoir.


Épisode 1/10 : Introduction à une histoire architecturale de l'isolation
Nos sociétés contemporaines semblent avoir enfin pris conscience des réalités de l’ère de l’Anthropocène. L’une de leurs priorités est d’ériger des constructions et d’agencer des territoires dont les effets sur l’écosystème terrestre ne se révèleront pas suicidaires à plus ou moins court terme. Pourtant, la dimension énergétique de l’architecture reste relativement peu pensée sur le fond. Chacun tâchant de croire que la crise énergétique et climatique pourra être résolue, en architecture, par des matériaux toujours plus isolants et par l’intégration d’équipements toujours plus sophistiqués. 

Quasi imposées par les normes et les calculs conventionnels, par la commande ou la demande sociale, sur-isolation et inflation technologique apparaissent aujourd’hui (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 247 - Septembre 2016

Les articles récents dans Points de vue / Expos

De l’intégrité, entretien avec Renzo Piano Publié le 11/03/2019

Renzo Piano nous reçoit dans son agence à Paris, dans une pièce remplie de livres qui savent… [...]

#BalanceTonCorb Publié le 03/12/2018

Trois ans après la polémique qui a voulu faire de Le Corbusier un néo-nazi, les principaux… [...]

L’art du chantier Publié le 03/12/2018

Dans la tradition des arts libéraux, depuis Alberti, les architectes considèrent que l’œuvre… [...]

Gio Ponti, une modernité italienne Publié le 03/12/2018

On connaît surtout de Ponti le gratte-ciel Pirelli de Milan (1956-1960), la villa Planchart à… [...]

Jean-Jacques Lequeu, l'insaisissable Publié le 30/11/2018

Regain de flamme pour l’obscur et extravagant Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), à l’occasion… [...]

Robert Venturi, le vilain petit canard Publié le 02/11/2018

L’architecte Robert Venturi est décédé le 18 septembre dernier à l’âge de 93 ans à… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…