N° 216 - Avril 2013

« The Elephant in the room »

« C’est l’éléphant dans la pièce ! » Cette expression a été inventée par les Américains pour décrire une situation dans laquelle une chose est tellement évidente que l’on ne dispose plus du recul nécessaire pour en comprendre l’omniprésence. Cette métaphore s’appliquerait parfaitement à l’évocation de la place qu’occupe le système des concours dans le petit monde de l’architecture française. La France est en effet le pays où l’on a organisé jusqu’à ces dernières années le plus grand nombre de concours de maîtrise d’œuvre. Cette pratique a indiscutablement déterminé le paysage de la production bâtie, du moins pour ce qui concerne la commande publique.
Le processus de conception du projet, le projet lui-même et la manière de le représenter en ont été profondément modifiés. Or pour beaucoup d’intervenants, tout se passe comme si le concours se réduisait à une simple mise en concurrence sur appel d’offres. Et lorsque les architectes en parlent, c’est soit pour s’en plaindre (épuisant, inaccessible, mal rémunéré ou pipé), soit pour déplorer tout de même, à travers leurs organisations professionnelles, que son existence soit remise en cause (PPP, Mapa…).
L’étude du dispositif du « concours », parce qu’elle permettrait de plonger au cœur du processus créatif de l’architecte et de la définition des critères qualitatifs de jugement du jury, devrait pourtant être un sujet essentiel pour les chercheurs en architecture. Mais qui connaît vraiment les données du phénomène, qui a recensé le nombre, le type et le destin de toutes ces consultations ? Pour en savoir plus, nous avons dû aller au Québec où le Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (LEAP) de l’Université de Montréal travaille sur ces questions depuis plus d’une décennie, avec des chercheurs du monde entier. Nous lui avons ouvert nos pages ce mois-ci pour que – espérons-le – on commence enfin à s’intéresser à l’éléphant dans la pièce française.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» germe & JAM, les mousquetaires du tissu urbain

Photographes

» Filip Dujardin, tromper l’irréel

Points de vue / Expos

» Le grand écart
» Droit de suite pour « Droit de réponse »

Le dossier du mois

» Que savons-nous des concours ?
» Chaque concours est un projet de recherche potentiel
» « Une remarquable vue en coupe de toutes les tendances »
» Des effets secondaires d’une politique des concours
» 40 ans, 5 000 concours, 30 000 projets : un outil de création au quotidien
» Faut-il des critères précis pour bien juger?
» Les experts sont-ils à leur place dans les concours ?
» Le concours comme mesure de la démocratie
» Les concours forment-ils la jeunesse ?
» Le concours instrumentalisé par les communicants : bienvenue dans le monde des popstarchitectes.
» Peut-on encore critiquer les projets d’un concours ?

Innovations

» Des données dans ma lumière : la révolution Light Fidelity (LiFi)

Les produits de la rédaction

» Tambour au balcon
» Un en deux
» Deux en un

Questions pro

» Comment éviter d’organiser un concours

Réalisations

Publiés par d'a

» Le Mémo, médiathèque de Montauban
» Stadshal, Gand, Belgique
» Bibliothèque scientifique de l’université de Versailles, Saint-Quentin

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» germe & JAM, les mousquetaires du tissu urbain
» Filip Dujardin, tromper l’irréel
» Dossier / Que savons-nous des concours ?
» Parcours / germe & JAM, les mousquetaires du tissu urbain
» Photographe / Filip Dujardin, tromper l’irréel
» Points de vue / Droit de suite pour « Droit de réponse »
» Question pro / Comment éviter d'organiser un concours ?
» Point de vue / Le grand écart 1 : L’anachronisme du tableau

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…