N° 228 - Juillet 2014

Divacurator

Idolâtré, haï – ou les deux à la fois –, Rem Koolhaas est depuis ces trois dernières décennies l'incontournable gourou des architectes, sans doute la figure d’architecte la plus importante depuis Le Corbusier. Même si son parcours ne révèle sa cohérence qu’après coup, il semble toujours frapper là où il n'est pas attendu. En virtuose du contre-pied, il a ainsi très vite su mettre en évidence la perversion du système des « starchitectes », auquel il appartient ; aujourd'hui, investi de son rôle de commissaire imperator de la quatorzième biennale d'architecture de Venise, il s'arroge le pouvoir d'en décréter la vanité. En occultant ostensiblement la « starchitecture » – absence ici érigée en manifeste, il ne prétend pas qu'elle va disparaître : il en signale l'obsolescence et l'incapacité à générer des principes fondamentaux, préférant imposer sur la lagune vénitienne le bilan d'un siècle de construction. Un constat que personne ne semblait vouloir accepter alors que, loin des récits héroïques, notre environnement construit aura rarement été déterminé par une démarche réellement architecturale. Paradoxalement, Koolhaas a dû mobiliser toute la puissance de son aura médiatique pour démontrer l'impotence de l'architecte envers la société.
Beaucoup ne lui pardonneront pas d'avoir brisé ce rêve : les architectes et journalistes venus faire leur marché de tubards ou d'images pour les concours à venir en seront terriblement dépités. Pourtant l'histoire nous aide à comprendre comment nous en sommes arrivés là et comment agir sur le réel. Elle ouvre à l'interprétation et à l'invention, elle est l'antidote au passéisme avec lequel les Bouvard et Pécuchet de l’architecture dite « contemporaine » la confondent trop souvent.

//Emmanuel Caille//

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Joly et Loiret, retour aux fondamentaux

Photographes

» Alessandro Imbriaco, Tommaso Bonaventura : Vista Nostra

Points de vue / Expos

» Dossier spécial Biennale : Est-ce bien fondamental ?
» Une exposition d’architecture, pour quoi faire ?
» 14e Biennale de Venise: Paranoïa
» 14e Biennale de Venise: Aux fondements, le moment du vide
» Controverse à Venise. Modernité : passée ou présente ?

Concours

» Transformer la ville, le concours Architecture Bas Carbone 2014

Le dossier du mois

» La villa : rêve ou cauchemar français ?
» Un échec culturel et social
» Une instruction des permis défaillante
» Réapprendre à habiter grâce aux maisons d’architectes
» La possibilité d’une maison

Questions pro

» L'existence des petites agences menacées

Réalisations

Publiés par d'a

» Fausses jumelles à Golfe-Juan
» Coque antiurbaine à Montreuil
» Une maison-grange pour des agriculteurs du Calvados
» Revivre et exposer à Dormont
» Extension d'une maison à St-Germain-en-Laye
» Dénivelé et quartzite brésilien dans le Jura
» Pins ou rochers : deux villas à Calvi

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Joly et Loiret, retour aux fondamentaux
» Alessandro Imbriaco, Tommaso Bonaventura, Vista Nostra

> L'Agenda

Avril 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
13   01 02 03 04
1405 06 07 08 09 10 11
1512 13 14 15 16 17 18
1619 20 21 22 23 24 25
1726 27 28 29 30   

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…