L'architecture ou l'art de transformer le réel. (3/9) Du côté des grands maîtres

Rédigé par Philippe PROST
Publié le 09/12/2021

Article paru dans d'A n°295

L’immense renouveau artistique et scientifique de la Renaissance n’aurait pas eu lieu sans les bouleversements économiques et politiques qui se sont produits à la charnière des XIVe et XVe siècles, mettant progressivement un terme au Moyen Âge. Le foyer de cette Renaissance sera l’Italie du Quattrocento. Ce mouvement artistique qui voit la redécouverte des arts pratiqués durant l’Antiquité gréco-romaine impacte puissamment l’architecture et marque la fin de la période gothique, dont le terme a été inventé par Giorgio Vasari pour mieux jeter le discrédit sur cette architecture venue du Nord, en réalité de l’Île-de-France, en l’attribuant aux Goths, alors considérés comme le peuple barbare par excellence. Parallèlement à la peinture et à la sculpture, l’architecture va donc connaître un incroyable renouveau, en Italie d’abord, avant qu’il ne se propage dans toute l’Europe.

La Renaissance, on le sait trop peu, a vu ses plus grands noms – ingénieurs, artistes et architectes – aborder la question qui nous occupe, sur le fond comme sur la forme, de manière théorique au fil des textes comme de manière pratique à travers des réalisations. Les historiens de l’architecture ayant préféré écrire une histoire de la création architecturale, ces bâtiments sont le plus souvent ignorés pour ce qu’ils sont ; voilà pourquoi une autre histoire de l’architecture reste à écrire au prisme de la transformation de l’existant.

Ainsi les plus grands maîtres de la Renaissance italienne, d’Alberti à Palladio en passant par Michel-Ange, ont, eux aussi, pratiqué l’architecture comme l’art de transformer le réel, en s’appropriant édifices médiévaux et antiques, dont ils ont opéré la métamorphose par la construction de parties nouvelles comme par le réemploi d’ouvrages anciens.

Néanmoins à la même époque, malgré le regain d’intérêt pour l’Antiquité et les lois prises par les papes successifs interdisant de piller les monuments antiques romains, le dépouillement des édifices se poursuit avec une intensité inédite, notamment pour produire de la chaux par recyclage des marbres. La contradiction atteint son paroxysme avec la démolition de la basilique paléochrétienne de Saint-Pierre-de-Rome pour construire une basilique de plan centré dans le goût nouveau, qui vaudra à Bramante le surnom d’il ruinante et au pape, obligé de vendre des indulgences pour financer les travaux, l’appel à la Réforme lancé par Martin Luther.



(...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (6/9) Tabula rasa versus transformation Publié le 05/05/2022

Les effets des deux premières révolutions industrielles combinés à ceux des deux guerres mon… [...]

Meudon : les carrières menacées Publié le 15/04/2022

Le combat sur les carrières de Meudon continue ! Cette fois-ci, la Cour des … [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (5/9) Changement d'ère Publié le 28/03/2022

Le XIXe siècle fut paradoxalement tout à la fois celui de la première révolution in… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (4/9) Changements de programmes Publié le 24/02/2022

Fruit d’une crise à la fois politique et économique, devenue religieuse et militaire, la Rév… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Publié le 03/01/2022

Pour ce dernier numéro de l’année, nous avons souhaité à nouveau interroger la place des femm… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Entretien avec Aurélie Cousi Publié le 02/01/2022

Ces dernières semaines, le Palmarès des Ajap 2020 a suscité la polémique, notamment… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…