Un architecte, un intellectuel, un communiste : À propos de l’exposition « Carlo Aymonino. Fedeltà al tradimento »

Rédigé par Federico FERRARI
Publié le 02/09/2021

Vue de l'exposition

Article paru dans d'A n°292

« Venise a constitué pour moi une expérience marquante. Elle a rendu explicite mon refus de la cohérence compacte et programmée : il nest pas nécessaire que théorie et pratique coïncident, que la personnalité soit homogène et unitaire ; plus on cherche et on expérimente, plus surgissent des diversités, des contradictions, des négations et des obstacles» 

Carlo AymoninoIntervista, in Claudia ConfortiCarlo AymoninoLarchitettura non é un mitoOfficina Edizioni, Roma, 1980. 

 

Cette citation pourrait à elle seule expliquer le sous-titre (fedeltà al tradimento [fidélité à la trahison]de lexposition que la Triennale de Milan consacré cet été (du 14 mai au 22 août 2021) à Carlo Aymonino (1926-2010)Abritée dans leespaces lumineux de la grande galerie supérieure du Palazzo dellArte conçu par Giovanni Muzio en 1933, cette première rétrospective célébrait larchitecte romainpersonnalité marquante de lhistoire de larchitecture (et de la culture) italienne de laprès-guerre. 

Surtout connu dans le milieu architectural français pour le complexe résidentiel Monte Amiata dans le quartier Gallaratese de Milan (réalisé entre 1967 et 1972 et dont l’une des barres fut conçue par Aldo Rossi), Aymonino incarne toutes les contradictions et la complexité d’une figure archétypale d’architecte-intellectuel. Communiste jusqu’à ces derniers jours, il était le neveu de Marcello Piacentini (1881-1960), architecte le plus emblématique du régime fasciste. Le parcours de visite s’ouvre avec le croquis d’un projet urbain offert en cadeau à Aymonino par son oncle et s’achève avec la reproduction de sa plaque funéraire, où nous pouvons lire « Carlo Aymonino, architetto e comunista ». (...)

Les articles récents dans Point de vue / Expo / Hommage

Conception-réalisation versus architecte-artisan Publié le 29/04/2024

Une chronique de la série "Malentendus sur l'architecture et abus de langage de ses disciples" par … [...]

Le logement collectif, otage de l’architecture Publié le 29/04/2024

L’architecte Gricha Bourbouze, dont l’agence nantaise Bourbouze & Graindorge conçoit… [...]

Corbu, Gromort et l’Art et essai Publié le 01/04/2024

Une chronique de la série "Malentendus sur l'architecture et abus de langage de ses disciples" par … [...]

L'action ou la chose ? Publié le 11/03/2024

Une chronique de la série "Malentendus sur l'architecture et abus de langage de ses disciples" par … [...]

Pour une architecture aussi belle que bonne Publié le 14/12/2023

Comme les années précédentes, le Prix d’architectures 2023 organisé par notre revue a suscité… [...]

« Le » Projet Publié le 14/12/2023

Une chronique de la série "Malentendus sur l'architecture et abus de langage de ses disciples" par … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…