Un architecte, un intellectuel, un communiste : À propos de l’exposition « Carlo Aymonino. Fedeltà al tradimento »

Rédigé par Federico FERRARI
Publié le 02/09/2021

Vue de l'exposition

Article paru dans le d'A n°292

« Venise a constitué pour moi une expérience marquante. Elle a rendu explicite mon refus de la cohérence compacte et programmée : il nest pas nécessaire que théorie et pratique coïncident, que la personnalité soit homogène et unitaire ; plus on cherche et on expérimente, plus surgissent des diversités, des contradictions, des négations et des obstacles» 

Carlo AymoninoIntervista, in Claudia ConfortiCarlo AymoninoLarchitettura non é un mitoOfficina Edizioni, Roma, 1980. 

 

Cette citation pourrait à elle seule expliquer le sous-titre (fedeltà al tradimento [fidélité à la trahison]de lexposition que la Triennale de Milan consacré cet été (du 14 mai au 22 août 2021) à Carlo Aymonino (1926-2010)Abritée dans leespaces lumineux de la grande galerie supérieure du Palazzo dellArte conçu par Giovanni Muzio en 1933, cette première rétrospective célébrait larchitecte romainpersonnalité marquante de lhistoire de larchitecture (et de la culture) italienne de laprès-guerre. 

Surtout connu dans le milieu architectural français pour le complexe résidentiel Monte Amiata dans le quartier Gallaratese de Milan (réalisé entre 1967 et 1972 et dont l’une des barres fut conçue par Aldo Rossi), Aymonino incarne toutes les contradictions et la complexité d’une figure archétypale d’architecte-intellectuel. Communiste jusqu’à ces derniers jours, il était le neveu de Marcello Piacentini (1881-1960), architecte le plus emblématique du régime fasciste. Le parcours de visite s’ouvre avec le croquis d’un projet urbain offert en cadeau à Aymonino par son oncle et s’achève avec la reproduction de sa plaque funéraire, où nous pouvons lire « Carlo Aymonino, architetto e comunista ». (...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L’architecture, ou l’art de la transformation (1/9) : Tisser des liens Publié le 18/10/2021

« Rien n’est permanent, sauf le changement »Héraclite, VIe siècle av. J.-C… [...]

« Le changement est-il vraiment plus intéressant que la permanence ? » Entretien avec Jacques Lucan Publié le 18/10/2021

À l’occasion de la publication de son dernier ouvrage, échange sur la question de l’« habiter… [...]

Venise 2020 +1 (suite) Publié le 30/08/2021

La 17e Biennale, celle qui aurait pu n’avoir pas lieu du tout, expose en 2021 un discours… [...]

Notre-Dame, le parvis des petits besoins Publié le 06/07/2021

Au lendemain du sinistre du 15 avril 2019, on se rappelle que l’annonce d’un concours… [...]

Rendre la cathédrale à la cité Publié le 05/07/2021

par Benjamin Mouton, Architecte en chef, Inspecteur général des Monuments historiques (h), chargé… [...]

Venise 2020 +1 Publié le 05/07/2021
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…