Un nouveau temple du design pour Londres

Rédigé par Coraline BLAISE
Publié le 01/06/2017

Le Design Museum de Londres, revu par OMA et le designer John Pawson

Article paru dans d'A n°254

Contraint depuis 1989 dans un ancien entrepôt trop petit, le design londonien avait besoin d’un nouveau toit pour s’exprimer. Vers 2010, quand l’agence néerlandaise OMA planche sur le renouvellement urbain du quartier de Kensington, elle tombe sur un joyau architectural inoccupé depuis 2004 : l’ancien Institut du Commonwealth, construit en 1962 par Robert Matthew et Stirrat Johnson-Marshall. Le musée du Design et l’ancien Institut vont alors se forger un avenir commun.    

La toiture en cuivre du bâtiment, tout en galbes, et son imposant atrium central en font une oeuvre singulière dans le mouvement moderne. L’OMA, associé à l’agence Allies and Morrison et à Arup, a réhabilité la structure et l’enveloppe existantes. La façade de verre a été remplacée dans le respect du dessin et de la teinte d’origine, imposés par le classement du bâtiment au patrimoine anglais. Les performances du nouveau vitrage répondent aux nécessités de contrôle du rayonnement, de température et des vues. Le joyau conserve donc son aspect initial, dans un paysage imaginé par l’agence West 8. La nouvelle identité du lieu se lit à l’intérieur et est née de la main du designer John Pawson. Il connecte le rez-de-chaussée et les galeries par une large rampe qui met en scène les déplacements des visiteurs et employés. Tous les planchers existants ont préalablement été supprimés et deux niveaux supplémentaires ont été excavés pour accueillir les éléments programmatiques indispensables au nouveau musée. La rampe laisse le champ libre pour observer la sous-face de la toiture mais permet, dans les étages, de la côtoyer au plus près. Les éclairages rasant le sol ou soulignant les mains courantes participent à la mise en valeur de l’intervention de Pawson. Ponctuellement, les marches deviennent des bancs et l’espace de circulation se mue en espace à habiter. Les mezzanines sont aussi vouées à dépasser leur fonction de circulation pour accueillir des expositions. Pour son intervention monumentale, Pawson décline le chêne, le plâtre, le béton poli et le terrazzo dans toutes les dimensions. L’ensemble contraste avec la matérialité brute de l’existant et les différentes époques de projet restent lisibles. Le musée du Design de Londres triple ainsi sa surface d’exposition et s’autorise enfin à dévoiler sa collection permanente, en accès libre.   


Lisez la suite de cet article dans : N° 254 - Juin 2017

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

Étoiles et lucioles Publié le 26/06/2022

En miroir des édifices et architectes qu’il distingue, ce palmarès des « Vingt architectures … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
39     01 02
4003 04 05 06 07 08 09
4110 11 12 13 14 15 16
4217 18 19 20 21 22 23
4324 25 26 27 28 29 30
4431       

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…