Une architecture de prix - Attribution de Pritzker Prize à l'architecte brésilien Paulo Mendes da Rocha

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 14/09/2016

Article paru dans d'A n°155

Le prestigieux prix d’architecture Priztker vient d’être attribué au brésilien Paulo Mendes da Rocha. Richard Scoffier, architecte et critique, qui l’a rencontré quelques jours avant sa nomination, nous fait part à la fois de l’admiration et des réticences qu’il éprouve pour une architecture qui peut fasciner par sa rigueur conceptuelle et sa puissance plastique mais qui peut aussi agacer par son caractère hautain, voire autistique.

Paulo Mendes da Rocha est sans doute l'architecte brésilien vivant dont l'œuvre sort radicalement de l'orbite d'Oscar Niemeyer (Pritzker Prize ex-æquo avec Gordon Bunshaft en 1988) et dont l'influence est aujourd'hui la plus sensible chez les étudiants et les jeunes praticiens. Il a réalisé des bâtiments très divers - salles de sport, logements, maisons individuelles, bureaux, musées - et reste considéré traditionnellement comme l'un des plus éminents représentants de l'école de Sao Paulo. Cette école plus fonctionnalisme et plus constructive que celle de Rio possède sa propre histoire et ses propres héros : de Gregori Warchavchik qui a importé d'Europe (avant Le Corbusier) les principes du mouvement moderne, à Joao Batista Vilanova Artigas ou Lina Bo Bardi…

Une leçon d'architecture

Je l'ai rencontré, quelques jours avant l'annonce du prix. Alors que j'avais tendance à réduire, peut-être insolemment, sa démarche à un brutalisme tardif, il s'est insurgé contre tout soupçon de formalisme en m'affirmant que chacun de ses projets s'attachait à répondre strictement aux questions posées par le site et le programme en utilisant le mode de construction et les matériaux appropriés (béton, verre, acier), variant selon les opportunités. Pour appuyer son désintérêt de toute question d'écriture ou de style, il est allé jusqu'à nier l'existence d'une école de Sao Paulo préférant souligner la diversité et la singularité des démarches des architectes brésiliens modernes et contemporains.

Je suis retourné, à la suite de cette conversation, dans son musée de la sculpture (1985-95) et dans sa maison (1964-66) sans doute les deux œuvres les plus emblématiques de sa démarche. Le premier, qui bénéficiait ce jour-là d'une lumière exceptionnelle, m'est apparu immédiatement comme une véritable leçon d'architecture. Ce projet dont la majeure partie du programme disparaît sous le sol sait prendre le recul nécessaire pour se dresser avec une intensité maximale face à la voie fréquentée et polluée qui le jouxte. La seule construction émergeante est une grande poutre formant auvent qui matérialise la diagonale du terrain trapézoïdal et projette une ombre dramatique sur les terrasses publiques qui s'étagent en gradins et correspondent aux salles enterrées. L'espace d'exposition, plongé dans une quasi-pénombre, se contracte ou se dilate soucieux de définir un paysage de sensation. L'éclairage naturel surgit à deux moments seulement, d'abord cadré par une longue baie et réfléchi par une pièce d'eau, ensuite par une ouverture zénithale qui dessine impeccablement un volume de lumière, rappelant celui qui traverse le dôme du Panthéon.
Sa maison se pose d'emblée comme une véritable machine à habiter avec ses chambres éclairées par le toit et situées au centre d'une strate carrée qui semble en lévitation au-dessus du sol. Le noyau intime est protégé de l'extérieur par une zone périphérique d'activités communes (entrée/bureau, cuisine, repas/séjour, dégagement). Là encore le visiteur est stupéfait par la radicalité du dispositif, la trame constructive inexorable et le travail sur la lumière : parfois tamisée, parfois réfléchie, parfois jaillissant en source du plafond…

Le prix de la démesure ?

Mais ces visites laissent pourtant légèrement perplexe. Le Musée trop pressé de se constituer lui-même comme une sculpture et comme un parcours sensoriel ne tolère aucun élément allogène, aussi les sculptures exposées et éclairées artificiellement apparaissent comme autant de parasites ne permettant pas de jouir de la minutieuse composition spatiale. Quant à la maison, comme sans doute beaucoup d'icônes du vingtième siècle, elle reste une véritable machine célibataire, un dispositif carcéral où les meubles figés en béton assignent chaque activité à résidence, où l'espace ouvert interdit toute intimité (comme en témoigne l'un des fils rescapé qui l'occupe seul aujourd'hui : un paradis pour l'enfant de trois ans et demi toujours placé à porté de voix de sa maman, un enfer pour l'adolescent de quatorze ans).

Comme si ce prix, qui distingue enfin aujourd'hui un architecte peu médiatisé, ne pouvait être décerné qu'à des auteurs qui s'enferment dans une certaine démesure, des créateurs d'objets eucharistiques qui impliquent un usage unilatéral de l'espace : promenade mystique aux stations imposées ou utopie adamique d'une famille fusionnelle, des donneurs de leçons un peu péremptoires qui semblent avoir oublié le principe essentiel de tout acte constructif (l'affirmation de l'accueil, de la protection, de l'ouverture aux possibles et à toutes formes d'appropriation) pour préférer se plonger corps et âme dans les délices morbides de l'affirmation du geste même.


Les articles récents dans Point de vue / Expo / Hommage

[EXPO] L’architecture olympique japonaise à l’honneur à Paris Publié le 03/06/2024

Alors que, sur l’autre rive de la Seine, la Cité de l’architecture et du patrimoine présente … [...]

[EXPO] Design & sport : une synergie signée Konstantin Grcic Publié le 03/06/2024

À l’approche des Jeux olympiques de Paris 2024, les expositions consacrées au sport sont nombre… [...]

[EXPO] Le design over the rainbow Publié le 03/06/2024

Le FRENCH DESIGN by VIA dévoile une collection d’assises exprimant les rôles de la couleur dans … [...]

[ESPACES COMMERCIAUX] Les mille et une vies du CNIT Publié le 03/06/2024

La restructuration du Centre national des industries et techniques par l’agence mandataire Cro&a… [...]

[ESPACES COMMERCIAUX] Le drapé et la colonne Pavillon Dior, Genève, par Christian de Portzamparc Publié le 03/06/2024

Le flagship d’une grande marque de haute couture dont il ne s’agissait que de concevoir l’env… [...]

[RENOVATION] La renaissance de l’hôtel La Fantaisie Publié le 03/06/2024

Au cœur du 9e arrondissement de Paris, l’agence Petitdidierprioux Architectes signe la ré… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…