N° 257 - Octobre 2017

Analphabètes

À écouter les architectes, beaucoup de maires s’arrogent le droit de vie et de mort sur leurs projets – notamment pour les logements –, réfutant tel lauréat d’un concours ou exigeant de modifier tel projet jugé trop HLM (comprendre contemporain). L’arbitraire de quelques petits barons ignorants qui demandent à changer la couleur d’un enduit ou la forme d’une toiture est courant. Malheureusement, les architectes n’osent que rarement témoigner publiquement de ces abus de pouvoir. Notre enquête montre cependant que la réalité est plus complexe. On y découvre que l’architecture est surtout instrumentalisée à des fins électorales. Ainsi des recours de plus en plus fréquents déposés par des citoyens contre une opération. Ils sont bien souvent déclenchés en sous-main par l’opposition municipale, un système fort répandu aujourd’hui, à gauche comme à droite. Lorsque celle-ci parvient à se faire élire, elle peut alors stopper les projets en arguant de sa légitimité démocratique.
Le lancinant problème de l’analphabétisme des édiles en matière d’urbanisme et d’architecture est donc loin d’être la seule explication de la médiocrité de leur choix et de la destruction de notre environnement urbain et rural qui en découle.
On ne demande d’ailleurs pas aux maires d’avoir du goût. Les rares élus exemplaires en politique architecturale – des petites aux grandes villes – avouent volontiers leur incompétence en la matière, ayant compris que leur rôle ne relève pas de l’ordre du jugement esthétique. L’intelligence politique consiste plutôt à choisir les professionnels qui sauront les éclairer, comme ils le font naturellement en matière de gestion financière ou de santé publique.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Thierry Van de Wyngaert - De la politesse

Photographes

» Patrice Moreau, aller marcher dehors

Points de vue / Expos

» Une brève histoire de l’isolation (dernier épisode) : de l’art d’accommoder les restes ?

Concours

» L’architecture est-elle un sport d’équipe ? Réinventer la Seine : concours pour le réaménagement du site de l’usine des eaux d’Ivry-sur-Seine

Le dossier du mois

» Le maire et l’architecte, un couple en crise ?
» Abus de pouvoir ?
» Maintenir le dialogue avec les élus - Entretien avec Yves Laffoucrière, directeur général d’I3F
» Le kitsch, un combat transpolitique ?
» Un nouveau rôle pour l’architecte ? - Rencontre avec Catherine Jacquot, présidente de l’Ordre des architectes

Les produits de la rédaction

» DOSSIER TECHNIQUE MOBILIER DE BUREAU : nouvelles dynamiques de travail
» DESIGN : Les expériences numériques de Joris Laarman
» PRODUITS UTILES : Caniveau en bois
» PRODUITS UTILES : Lumière en verre
» PRODUITS UTILES : Pare-pluie couleur
» PRODUITS UTILES : L'ardoise réinventée

Questions pro

» Comment « assurer » sur le chantier ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Naoshima Hall : construire avec l'air
» Extension du site de production Technilum, Lézigno (Béziers)
» Retour aux sources : Lab City, campus CentraleSupélec, plateau de Saclay
» Focus technique: Double ciel à CentraleSupélec, à propos de la toiture en ETFE
» ENSAE ParisTech, campus de Paris-Saclay, Palaiseau
» Prismes, mantilles et coquilles : trois opérations de bureaux à Paris, Gentilly et Boulogne-Billancourt

> L'Agenda

Août 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
3101 02 03 04 05 06 07
3208 09 10 11 12 13 14
3315 16 17 18 19 20 21
3422 23 24 25 26 27 28
3529 30 31     

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…