DESIGN - Belgium is design ? Entretien n°2 : Damien Gernay : Le hasard comme matière

Rédigé par Karine DANA
Publié le 14/12/2015

Article paru dans le d'A n°241

Défenseur d’un design expérimental très ouvert au comportement imprévisible de la matière, le Wallon Damien Gernay est la seconde figure de la nouvelle scène du design belge que nous avons interrogée. À l’occasion d’un entretien détaillé, il nous explique ses manières d’aborder la production et de laisser une part du projet aux phénomènes factuels tels que la résistance, la coopération du matériau, l’hygrométrie ambiante et le moment précis où la fabrication opère.

DA : Votre manière d’aborder la matière semble intervenir directement et tout au long de votre processus de conception. Pouvez-vous nous l’expliquer ? 


Damien Gernay : Oui, j’ai étudié le design à l’ESA Saint Luc Tournai, en Belgique, et j’ai terminé ma formation par une résidence de deux ans au Fresnoy, le Studio national des arts contemporains à Tourcoing. À l’atelier de design de Tournai, le chef d’atelier était peintre et non designer. Cela a été déterminant pour l’orientation de mon travail : une approche plus conceptuelle et expérimentale que fonctionnelle de l’objet. Je travaille essentiellement en atelier. Je suis un amoureux de la matière que je cherche à transcender en poussant les matériaux au-delà de leurs limites, ce qui permet souvent de nouvelles mises en forme. De plus en plus de mes pièces sont très compliquées à dessiner. C’est le cas de la série Bloated, ou de la table Nuage, pour laquelle une partie du dessin dépend du comportement de la matière elle-même. Ainsi, la plupart de mes pièces sont uniques, même en série. L’erreur comme le hasard font partie intégrante de mon travail. Dans la série Bloated, par exemple, l’expansion de la mousse est liée à des paramètres (changements de température, humidité variable, etc.) que je ne peux gérer dans mon atelier. Or, ils influencent la forme finale de la pièce. De même, pour la série Textured, la coulée de peinture est définie par la matière elle-même, dont je ne contrôle pas pleinement la conduite. Et bien souvent, je m’appuie sur ces accidents de fabrication pour dériver sur une nouvelle idée et une nouvelle expérimentation. Aussi, entre deux séchages, je teste des idées à partir de la situation en cours. Le premier test de l’étagère Lumberjack pour l’éditeur français Eno Studio a été réalisé avec quelques morceaux de métal soudés et les chutes du meuble Textured Sideboard. 


DA : Comment les techniques de fabrication répondent-elles à l’imprévisible ? 


DG : J’ai appris les techniques du moulage, de la résine, de la cire pour la fonderie et actuellement je suis en train de travailler sur de nouvelles pièces qui font appel à la technique de traînage du plâtre. Pour la série de lampes en bronze Veiled Lady, je me suis inspiré de la technique de coulée par gravité, ainsi que de celle du moulage en coque de céramique. Ce projet explore la notion de canaux de coulée. Je fournis à la fonderie une pièce en cire constituée d’alvéoles, l’idée étant ici de laisser le bronze chercher son propre chemin dans cette multitude de canaux… La série Textured est aussi l’aboutissement d’un long dialogue avec un artisan en trompe-l’oeil pour trouver la technique qui rendrait le plus fidèlement possible cette idée de coulée de matière. Quand j’ai recours au moulage, j’essaie de sortir du moule, d’exploser la contrainte. Ce qui peut paraître antinomique avec le principe même de moulage : à partir d’un même moule je cherche à sortir des pièces à chaque fois différentes (Bloated, Nuage, Veiled Lady, Nature synthétique…). Selon moi, le moule ne donne pas la forme : il canalise, structure, mais ne définit pas. Je mets toujours en jeu une part d’aléatoire. Dans la série Bloated, le moule sert simplement à définir le contour des pièces, la déformation du cuir est libre. De même pour les pieds de la table Nuage, il existe un seul moule mais tous les pieds seront différents, la matière choisit elle-même son propre chemin, en fonction de la hauteur ou de la goutte de pigment blanc qui a été lâchée. Même dans le cas de pièces éditées en série, je cherche à respecter cette liberté de la matière, à faire en sorte que toutes les pièces soient différentes, grâce à des variations dans le positionnement, comme avec l’étagère Lumberjack, ou en travaillant avec des matériaux bruts, comme avec les Beam Tables éditées par l’Italien MOGG (les poutres venant toutes de palais vénitiens), pour ne citer qu’eux. 


DA : Pouvez-vous décrire les processus de production de vos séries reposant sur l’usage de matériaux composites et de mousse ? 


DG : Le point de départ de la réflexion sur la série STRUKTt repose sur la mousse qui se trouve à l’intérieur. En effet, mon fournisseur de résine m’a déniché une résine révolutionnaire pour l’époque, développée pour des safrans de catamaran de course. Cette mousse a l’avantage d’être ultra légère. Elle est caractérisée par sa structure alvéolaire qui la rend ultra résistante et, surtout, contrairement aux mousses polyuréthane traditionnelle, elle peut être coulée en moule quasi fermé, avec un temps de durcissement assez long, ce qui laisse le temps de travailler. Le principe de conception de cette série est assez simple : constituer un sandwich de deux feuilles d’aluminium entre lesquelles cette mousse expansive est coulée, faisant office de structure. La mousse a la particularité d’être adhésive, par conséquent l’aluminium fait à la fois office de moule et de finition. Cette série de table et de chaise est restée à l’état de prototype. Je n’ai réalisé qu’une série de dix tables pour le musée de la Vie wallonne à Liège. Le Bloated Stool est pour sa part constitué d’une structure acier soudée dissimulée à l’intérieur de son assise, laquelle est composée d’une mousse polyuréthane souple coulée entre deux feuilles de cuir. La mousse gonfle et donne la forme de l’assise. Le temps de travail est rapide, autour de 5 minutes, et le temps de séchage définitif est de 15 minutes. Il ne me reste plus alors qu’à couper proprement le cuir et à brûler ce qui dépasse pour en terminer les finitions. La technique pour réaliser la Bloated Console est légèrement différente. La pièce est en effet moulée en deux temps. D’abord la partie supérieure de la pièce, pour laquelle j’ai fait fraiser un moule avec les motifs en négatif de ce que je souhaitais embosser. Une feuille de cuir est ensuite posée dans le moule, où je coule une mousse expansive, avant de le refermer. Le cuir est donc contraint et prend l’empreinte parfaite du moule. Pour la partie inférieure, la partie ballonnée est effectuée selon la même technique que pour le tabouret, le bureau ou l’étagère. Le gros défi et l’intérêt de la table Nuage, pour finir, tiennent à la technicité de ses pieds. Ceux-ci sont réalisés en résine polyuréthane transparente et la partie « nuageuse » en pigment blanc. La résine et le pigment étant plus lourds que la résine seule, celle-ci avait tendance à aller dans le fond du moule. Il a donc fallu trouver le moment exact de polymérisation pour obtenir cet effet nuage en utilisant une pompe à vide spéciale qui sert principalement à éviter les bulles dans la résine, suivant le même principe que les aliments sous vide : l’air est aspiré et la résine prend la place.

> Autres produits dans la même catégorie

D'A LAB : RE-MADE

Un isolant poids plume d’aspect pierre, des…

D'A LAB: Précieux Plastoc

Cheap, jetable, néfaste pour l’environnement,…

D'A LAB - SIMPLEXITÉ

Néologisme relativement récent, la…

DOSSIER TECHNIQUE -…

À l’interface entre le contexte et le…

D'A LAB - Pulp Paper

L’engouement pour les matières pâteuses…

DOSSIER TECHNIQUE -…

S’appuyant sur l’actualité architecturale…

D'A LAB - Silence, ça…

Les biomatériaux fabriqués à partir…

DOSSIER TECHNIQUE - Génie…

Bien qu’au cours d’une année les besoins…

DOSSIER TECHNIQUE -…

Si ces trois catégories d’espaces…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Innovations
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Les produits de la rédaction

D'A LAB : RE-MADE Publié le 06/01/2021

Un isolant poids plume d’aspect pierre, des coussins empilés, ou des contenants de bric et de… [...]

D'A LAB: Précieux Plastoc Publié le 09/11/2020

Cheap, jetable, néfaste pour l’environnement, le plastique est considéré comme une… [...]

D'A LAB - SIMPLEXITÉ Publié le 12/10/2020

Néologisme relativement récent, la simplexité est l’art de rendre simples et lisibles des … [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Matériaux en façades : Mailles, motifs, compositions et assemblages Publié le 12/10/2020

À l’interface entre le contexte et le programme, la façade d’un bâtiment incarne le… [...]

D'A LAB - Pulp Paper Publié le 26/08/2020

L’engouement pour les matières pâteuses et tactiles fait renaître une pratique ancienne … [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Transparence & Contrôle solaire : Actualité et innovations des murs-rideaux, façades vitrées, fenêtres minimales et occultations Publié le 26/08/2020

S’appuyant sur l’actualité architecturale et les innovations apportées par les fabricants… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…