N° 248 - Octobre 2016

Obsolescence programmée

Beaucoup s’interrogent sur la manière dont les préoccupations environnementales vont modifier la conception architecturale. L’application sans imagination des nouvelles normes de réglementation thermique produit pour l’instant surtout des bâtiments empesés dans une gangue de matériaux mal assemblés, des sortes de congélateurs habillés de bardage bois et percés de meurtrières. Pas la peine d’être un spécialiste pour prévoir que ces bâtiments coûteront cher à transformer lorsqu’ils ne seront plus adaptés à leurs usages. Parions même qu’il faudra probablement les détruire, annihilant ainsi, quelques décennies plus tard, les maigres avantages obtenus par le respect zélé de la pénultième RT.
Que nous apprennent par ailleurs – alors que l’on continue à y construire pléthore de bureaux – les 3,3 millions de mètres carrés de bureaux qui restent vacants en Île-de-France ? Non pas qu’il y aurait inadéquation entre quantité offerte et quantité demandée, mais plutôt inadéquation entre la qualité exigée et la qualité de ce qui reste sur le marché. Que cet immobilier délaissé soit obsolète quant aux usages ou aux performances n’est pas grave en soi, c’est le destin naturel des constructions fonctionnalistes. Le problème réside plutôt dans l’incapacité de ces bâtiments, souvent en bon état, à être réhabilités ou transformés à un prix inférieur ou même équivalent à une opération de destruction/reconstruction. Une problématique qui se retrouve posée dans des termes presque équivalents lorsqu’il s’agit de réhabiliter les logements.
L’enseignement que l’on peut facilement tirer de cette situation est qu’un bâtiment n’est « durable » que si sa métamorphose est économiquement intéressante mais aussi lorsque sa transformation, de par sa qualité originale, offre l’opportunité d’un projet où l’architecture pourra s’épanouir de multiples potentialités. Pour rendre cette mutation possible, il faut que la conception originale soit – structurellement autant que thermiquement parlant – le fruit d’une pensée constructive suffisamment subtile et que l’espace ne soit pas dimensionné au minimum fonctionnel. Il faut donc de l’imagination, du temps de réflexion en amont, des volumes un peu plus grands que le strict nécessaire, soit un léger surinvestissement budgétaire qui génèrera un énorme gain économique autant qu’écologique à moyen et long terme. Certes une évidence, mais si peu partagée.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» Abinal & Rop’s, discipline et extravagance

Photographes

» Martin Argyroglo, clichés à fort potentiel ajouté

Le Grand Entretien

Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Questions pro

» 10 questions à Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication

Livres

Point de vue / Expo / Hommage

» Une brève histoire de l’isolation (2/10)
» L’écosystème Xavier Niel

Concours

» Incubateurs & implants - Rénovation et extension du musée des Beaux-Arts de Tournai

Le dossier du mois

» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Introduction
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Immobilier de bureaux : comment continuer à construire ?
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Entretien avec Patrick Rubin : « Habiter ou travailler dans un bâtiment peut être abordé suivant une culture commune »
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Entretien avec Dietmar Eberle : On ne peut plus se limiter à « des immeubles de bureaux »
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Siège de BETC, transformation des Magasins généraux des douanes, Pantin
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Entretien avec Antoine Johanet : « La seule offre d’immeubles de bureaux standard ne suffit plus à répondre aux besoins des grands sièges de société »
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Espace de coworking, extension et transformation de la filature Rigot-Stalars, Dunkerque
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Siège social de Louis Dreyfus Armateurs, réhabilitation, à Suresnes
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Bureaux de BNP Paribas (BDDF), surélévation des entrepôts, boulevard Macdonald, Paris 19e
» La fin de l’immeuble de bureaux ? - Réhabilitation et extension des tours du Pont de Sèvres, Boulogne-Billancourt

Réalisations

D’A Lab - Design

» Peut-on exploser le design ?

Techniques

» Hall d'accueil, une vitrine éclairée

Innovations

» Comment recycler les déchets du second oeuvre des chantiers ?

Produits utiles

> L'Agenda

Février 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
05   01 02 03 04
0605 06 07 08 09 10 11
0712 13 14 15 16 17 18
0819 20 21 22 23 24 25
0926 27 28 29    

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…